Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 00:52

Si l’essor du Cloud Computing se confirme, le navigateur deviendra l’application centrale des PC. Autant bien le choisir dès aujourd’hui.

À en croire les principaux observateurs, le marché informatique entre dans une nouvelle phase de mutation : celle du Cloud Computing (littéralement l’informatique dans les nuages) où l’on passerait d’un coûteux modèle centralisé à un modèle dématérialisé locatif. Tous les indicateurs semblent confirmer cette nouvelle orientation, à commencer par l’essor des services et applications en ligne (qu’ils soient payants – comme les applications métier de type GRC, gestion de la relation client – ou gratuits – tel Google Docs) ou les multiples moyens d’accès aux données dématérialisées (ADSL, 3G, 3G+…).

Autre signe, l’entrée en lice du poids lourd Microsoft qui, en octobre dernier, dévoilait sa stratégie autour du Cloud Computing, Windows Azure. Cette offre de services payante destinée aux PME et TPE est structurée autour d’un système d’exploitation maison léger (vraisemblablement Windows 7) et des produits phares de l’éditeur (SQL, Dynamics, Sharepoint Services…). Si les enthousiastes voient là une occasion de réaliser de substantielles économies (le système d’information étant dématérialisé, la maintenance et l’administration du back office sont allégées), les détracteurs n’y voient qu’un effet de mode et critiquent le fait que les utilisateurs perdent le contrôle de leurs applications et, a fortiori, des données produites.

Effet de mode ou pas et qu’on le veuille ou non, le Cloud Computing bouleverse d’ores et déjà certains pans du paysage informatique. On se met à aimer les Netbooks et autres NetPC, ces équipements minimalistes, low cost et peu énergivores, parce qu’ils offrent l’essentiel, à savoir une connexion à Internet (filaire, parfois accompagnée d’un abonnement 3G) et une puissance suffisante pour communiquer, pour réseauter sur Facebook ou Viadeo, pour explorer les millions de vidéos partagées sur Youtube ou Dailymotion, pour géolocaliser une adresse…

Microsoft se met à imaginer un OS léger  pour accompagner ce type de produit et, surtout, le navigateur va en devenir l’application centrale. Comme avec toute application d’importance, éditeurs et concepteurs s’évertuent à la calquer sur les exigences de navigation : faire en sorte que l’application ne pèse pas trop sur les ressources du système hôte, qu’elle assure de bonnes performances en Javascript, langage au cœur du Web moderne, et qu’elle respecte au mieux les standards actuels et à venir édictés par le W3C. Cela a été pour nous l’occasion de confronter le petit nouveau, Chrome, aux deux autres ténors du marché que sont Internet Explorer 7 et 8 et Firefox 3.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens