Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 16:40

Disponible pour la première fois, et simultanément, en client lourd, en version Web allégée, et sur mobile, Office 2010 devrait bénéficier des projets de rénovation du poste de travail Windows en entreprise. Un point noir cependant : la non-conformité avec la norme « Strict » du standard OOXML.

C'est aujourd'hui 12 mai que Microsoft débute la mise à disposition, pour les entreprises, des versions RTM de la suite Office 2010 et de SharePoint 2010, sa plate-forme collaborative. Pour mémoire, la précédente édition d'Office avait été lancée fin 2006, avec un fort accent mis sur l'interface.

Avec Office 2010, Microsoft conserve l'interface en ruban, mais insiste sur les fonctionnalités et les usages, mettant notamment en oeuvre sa stratégie des trois écrans. La suite bureautique sera ainsi proposée à la fois en ligne via le navigateur (Office Web Apps),  en client lourd sur le poste et en version pour mobile (compatible Windows Phone 6.5 et 7 et Nokia Symbian).

Office 2010 : un licence client lourd qui offre l'accès à un client Web

« Office 2010 marque un tournant stratégique pour Microsoft et Office. Pour les utilisateurs des versions 2003 et 2007, la migration se traduit par le support de tous les nouveaux usages provenant de la mobilité et du Web. Le but avec Office 2010 est de couvrir les nouveaux usages, tout en conservant une expérience, un format de document et un rendu graphique identiques » assure Jean-Christophe Pitié, directeur de la division Office chez Microsoft France.

Microsoft met également en avant la dimension collaborative intégrée à Office 2010 par le biais de SharePoint. Exemples : possibilité de travailler à plusieurs en temps réel sur un même document (avec toutefois un verrouillage au niveau du paragraphe dans Word et de la cellule dans Excel) , la prise en charge des réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn et depuis le 12 mai, Viadeo) et leur intégration dans Outlook (Outlook Social Connector), etc.

Troisième pilier sur lequel insiste la firme de Redmond pour promouvoir Office 2010 : le Cloud. Avec Office Web Apps, Microsoft propose en effet désormais aux entreprises (et aux particuliers via Windows Live) de disposer d'une version en ligne, mais allégée, des outils Office (Word, Excel, PowerPoint et OneNote).

Microsoft a priori peu enclin à concurrencer Office avec une version SaaS

Cependant Microsoft n'est pas allé jusqu'à basculer pleinement sur le SaaS puisque l'accès à Office Web Apps n'est que complémentaire et requiert pour les entreprises de souscrire une licence. Pour une licence Office 2010, l'utilisateur dispose ainsi d'un client lourd et du client en ligne.

Si Exchange, Sharepoint, Office Communications et Live Meeting (et bientôt Dynamics CRM) sont eux proposés sous forme d'abonnement via la plate-forme BPOS, aucun projet concret de porter Office dans le Cloud n'a pour l'heure été dévoilé.

« Nous regardons cela très activement... Nous y travaillons » déclare évasivement Jean-Christophe Pitié. Pas sûr toutefois que l'éditeur envisage réellement de proposer Office en abonnement sous forme d'un service SaaS. Office Web Apps était une réponse aux Google Apps et à sa bureautique en ligne. Y aura-t-il une prochaine étape ? Rien n'est moins sûr.

« Tous les utilisateurs n'ont pas les mêmes usages. Chacun utilise peut-être 10 à 15% des fonctionnalités, mais ce n'est jamais les mêmes d'un utilisateur à un autre. Avec Office 2010, nous souhaitions offrir une large couverture de ces usages très divers. Le passage sur Google Apps au sein de Jaguar est un désastre. On le constate aux témoignages des utilisateurs sur les forums. Ils se plaignent parce que les outils ne correspondent pas à la richesse des usages. C'est pour répondre à cette diversité que nous apportons le Web et le mobile » argumente Jean-Christophe Pitié.

Les projets de bureau Windows 7 devraient bénéficier à Office 2010

En présentant le service de son concurrent (et plus largement ce type d'outils de productivité en mode SaaS) comme peu à même de couvrir les besoins des utilisateurs en entreprise (les retours de clients interrogés par ZDNet.fr tendraient à affirmer le contraire), Microsoft semble exprimer sa faible motivation à offrir un Office Web qui constituerait une alternative (et non un complément) à son client lourd.

Néanmoins, bien que Microsoft ne dispose pas encore de cette corde à son arc, il peut compter sur une forte adoption d'Office 2010 en entreprise. Adoption qui tiendra en grande partie au calendrier. Nombre d'entreprises, demeurées sur Windows XP, doivent en effet renouveler leur parc de PC. Le nouveau bureau s'appuie ainsi souvent sur un master à base de Windows 7, Office 2010 et IE8 (comme chez Sanofi-Aventis).

Autre élément favorable à Microsoft : la consumérisation de l'informatique. Les salariés découvrent souvent dans leur foyer des logiciels avant leur intégration en entreprise, ce qui n'était pas forcément le cas il y a quelques années. Ainsi, les évolutions sur le poste de travail en entreprise sont moins perturbatrices pour les utilisateurs. L'informatique personnelle est clairement un moyen d'influer sur l'informatique professionnelle.

Pas de conformité totale avec OpenXML ISO/IEC 29500 avant Office 15 : un comble ?

Enfin, la sortie d'Office 2010 n'intervient pas sans une once de polémique. Depuis longtemps décrié pour les problèmes de comptabilité des documents entre les versions d'Office, et malgré ses déclarations en faveur de l'interopérabilité, Microsoft manque l'occasion d'en apporter la démonstration dans Office 2010.

Alex Brown, responsable du groupe de travail Office Open XML (OOXML) à l'ISO - le standard porté par Microsoft - s'est désolé sur son blog de la non prise en charge complète du format dans Office 2010. La suite ne sera en effet pas pleinement compatible avec la version « Strict » du standard (ISO/IEC 29500).

Microsoft s'était pourtant engagé en ce sens. Finalement, l'éditeur a expliqué que la conformité totale avec le standard OOXML (la norme "Strict" et non "Transitional") ne sera atteinte qu'avec la prochaine version d'Office. Office 2010 ne supporte donc pour l'heure les spécifications « Strict » qu'en lecture, mais pas en écriture.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens