Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 15:10
logo moss 2010



Récemment Microsoft a dévoilé au grand jour les nouvelles fonctionnalités de Microsoft Office SharePoint Server 2010.

Rappel
Rappelons tout d'abord que Office SharePoint est un serveur collaboratif pour les entreprises qui leur permettra de centraliser les ressources, gérer les librairies de documents, automatiser un certain nombre de procédés, mettre en relation les différents acteurs de l'entreprise...
Cette technologie se base sur Microsoft SQL Server et IIS (le serveur web de Microsoft) et est entièrement codée en .net (ce qui permettait au développeurs de coder des couches supplémentaires affin d'orienter l'application vers d'autres besoins), le tout intéragissant pleinement avec la suite Office.

Historique
Après être passée par plusieurs versions:
 - 2003 qui aura marqué le coup d'essai de la technologie et vu les premiers déploiements opérationnels.
 - 2007 qui aura su révolutionner le travail collaboratif et aura été déployé massivement en entreprise

2010 marque le pas et affirme la position de leader de Microsoft dans le domaine du travail collaboratif.

Nouveautés
- Une barre contextuelle comme Office 2007 directement dans SharePoint: C'est chose faite, vous profiterez désormais d'une barre office pour gérer vos documents en librairies (archivage extraction, gestion des versions, publication...) avec une barre beaucoup plus intuitive que ce qui existe actuellement, cette barre se retrouve aussi sur l'édition des webparts et autres éléments des collections de sites SharePoint.

- Une intégration complète des autres navigateurs: Nombreux étaient les utilisateurs mécontents car ils ne pouvaient pas utiliser leur navigateur favori sous peine, sous 2003 de ne pas avoir un affichage correct du site, sous 2007 d'avoir un affichage correct mais de ne pas profiter de la moitié des fonctionnalités offertes par SharePoint. Le tir est maintenant corrigé avec SharePoint 2010.

- Les entités : Un nouvel élément vient d'apparaitre sous SharePoint 2010, les entités, qui vous permettrons de créer votre modèle d'entité sous SharePoint (ex voiture avec ses attributs couleur, marque, modèle...), qui générera une librairie automatiquement que vous pourrez venir remplir. Cette librairie sera traduite directement par une table dans SQL Server ce qui permettra de rapprocher développeur et utilisateurs finaux.

- Les modèles de documents : Intégration plus poussée des modèles de documents qui permettront via un formulaire de pré-remplir un document, de générer les méta inhérentes et d'enregistrer le document dans une librairie (que ce soit du word, excel...)

- Coche pour la gestion des documents en librairie : Nombreux sont les utilisateurs courants de SharePoint qui ont passé des heures à valider des documents en se disant "pourquoi est-ce que je peux en valider plusieurs d'un coup?" c'est maintenant possible (ainsi que pour d'autres opérations sur les documents) grâce à l'ajout d'une coche de manipulation.

- Un SharePoint plus rapide: c'est un SharePoint synchronisé (sans attente de chargement de la page) qui est néé, vos utilisateurs vont gagner en rapidité de travail!

- Incorporation de Visio à SharePoint : Visio étant un outil permettant de schématiser les flux en entreprise nous avions une version 2007 à la mode de la version 2003 d'Office, c'est à dire sans intégration avec SharePoint et sans la nouvelle barre Office. C'est chose révolue puisque la nouvelle version est équipée de cette nouvelle barre et la nouvelle version de SharePoint propose une intégration complète de ses fonctionnalités qui permettra notamment de gérer vos flux en entreprise et de déclencher des actions vis à vis de cela.

Bien sûr cette liste n'est pas exhaustive et ne traite que des innovations côté utilisateur final.
Repost 0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 14:44
Premiers aperçus et spéculations concernant SharePoint 2010 

 

Depuis le 13 juillet dernier et l’ouverture du site “Sneak Peek” SharePoint 2010 web site, Microsoft nous distille quelques informations au goutte à goutte sur la nouvelle version de SharePoint.

L’éditeur nous promet beaucoup plus d’information durant la SharePoint Conference de Las Vegas du 19 au 22 octobre prochain. En attendant, analysons un peu ce qui a déjà été diffusé.

Avant tout est-il encore nécessaire de souligner à quel point la Technologie SharePoint s’est positionnée petit à petit depuis 2003, au centre de l’infrastructure d’information des systèmes Microsoft. Pourtant le challenge n’était pas simple mais ce produit a connu une telle évolution dans sa version 2007 que sa compétence c’est imposée d’elle-même sur un marché pourtant très concurrentiel. L’arrivée de Ray Ozzie, visionnaire du travail collaboratif et « papa » de Lotus Notes entre autre mais plus récemment de Groove Network devenu par la suite Office Groove 2007, en qualité de “Chief Software Architect”, n’y est certainement pas étranger. Le précédent “Chief Software Architect” n’était autre que Bill Gates jusqu’en 2006.

Tout d'abord, avant d'entrer dans les détails des fonctionnalités, attardons-nous sur la nouvelle vue conceptuelle. L'ancien “Donut SharePoint” 2007 (ou la “Marguerite SharePoint” 2007 au choix) a été tellement utilisé pour décrire la multitude d’usages qu’il n’est plus possible d’expliquer SharePoint sans y faire référence. Mais évidemment… Nouvelle version de SharePoint et nouveau “Donut”

Qu’est-ce que SharePoint ? Bien sûr, c'est un «Serveur de Collaboration», mais que fait-il au juste?

Eh bien, partons de cet ancien “Donut” et comparons le au nouveau présenté sur le site Sneak Peek par les équipes de développement de Microsoft.

De très importantes évolutions mais pas de réels bouleversements. Ou plutôt leur importance est plutôt minimisée dans les vidéos… (peut-être pour ne pas effrayer les utilisateurs ayant connus les migrations 2003 vers 2007…) Le positionnement du collaboratif, hier placé au centre de la marguerite, n’est plus qu’une fonctionnalité de la technologie SharePoint. Ce qui positionne enfin les fonctionnalités sur un même niveau fonctionnel. Par exemple, sur la version précédente la recherche semblait être une fonction annexe aux services SharePoint. Mais l’arrivée de Fast montre combien la recherche n’est pas une fonctionnalité secondaire de la gestion de l’information dans un Système d’Information…

"Sites" est l’intitulé le plus vague de tous. Il semble qu’il soit plutôt un terme générique, un fourre-tout pour tout ce qui concerne la création de sites Web, de sorte qu'ils permettent l'échange d’information entre employés mais aussi à l’extérieur de l’entreprise.

Sur la base des vidéos présentés voici quelques éléments relevés. Dans cet exercice je ne fais que paraphraser Tom Rizzo, Richard Riley et Paul Andrew en illustrant de quelques copies d’écrans présentés eux aussi sur le site. Je me permets également quelques commentaires personnels que je placerai entre [crochets] pour être plus clair. Je vous encourage à visionner les vidéos pour vous faire aussi votre propre opinion.

Premiers aperçus et spéculations concernant SharePoint 2010

Vue d’ensemble (par Tom Rizzo)

1.     Les navigateurs

  1. La vidéo mentionne comment SharePoint s’appuie sur l’ensemble des navigateurs du marché dans les versions récentes. [En fait c’est surtout concernant le branding standard de SharePoint, car même si IE6 n’est plus supporté par le produit, comme dans tous projets Web, il est tout à fait envisageable de développer un branding adapté. Mais cela doit faire l’objet de développements spécifiques.]
  2. La vidéo souligne les progrès apportés dans le domaine des réseaux sociaux. [L’importance du social computing dans notre vie de tous les jours et l’impact qu’il a déjà et qu’il aura dans le futur oblige un tel produit à préparer ces nouveaux usages.]
    1. Les sites représentent les fonctionnalités de partage de l'information.
    2. L’accent semble avoir été mis sur les notions d’Extranet et de sites Internet. [l’arrivée de Geneva (ex ADFS) encore en Beta 2 actuellement augure une nouvelle ère de l’authentification dans les domaines hétérogènes. Redoutable casse-tête à chaque mise en place de SharePoint, les notions de “Claim Authentication” seront à étudier de prêt…]

2.     Réseaux Sociaux

3.     Le Donut SharePoint 2010:

1.      Les Sites :

 

·  Les Communautés :

  1. Organisation hiérarchisée d’une structure de communautés. [Des concepts plus proches des usages issus des réseaux sociaux. Groupes d’utilisateurs faciles à organiser]
  2. "Indépendamment de la façon dont ils sont organisés" [Impensable dans les usages actuels, de demander à un administrateur de créer ou maintenir ces communautés. C’est un élément important qui permet de positionner le fournisseur de l’infrastructure en tant qu’hébergeur de la solution et centre de service aux utilisateurs finaux.]

·  Le Contenu :

  1. Centré sur l’utilisateur (People-centric) et centré sur l’activité, (LOB-centric/Line Of Business-Centric). [La gestion et la création du contenu doit avant tout être centré sur l’essentiel : l’utilisateur ce qu’il produit. Cet aspect sous-entend le SOA (Architecture Orientée Services) ainsi que l’intégration aux postes de travail et ou outils et applications.]
  2. “Nous avons travaillé dur pour gérer le contenu de la création, à la cession et la destruction ...”. [Pour l’instant rien n’a encore été dévoilé sur l’archivage légal mais c’est aujourd’hui une problématique récurrente. L’offre d’archivage Mimosa semble se positionner fortement sur ces problématiques. Mais ce ne sont pas les seuls]
  3. Cette nouvelle version renforcera la capacité des utilisateurs à découvrir le contenu. [Amélioration de la recherche. Intégration de FAST avec une version adaptée pour SharePoint. Amélioration également des moyens de présenter le contenu : comme par exemple la webpart Content Query? Intégration de JQuery?]

·  La Recherche :

  1. Une intégration du moteur FAST qui sera combiné avec le moteur de recherche SharePoint existant.
  2. D’important investissements ont été réalisés pour assurer la découverte des objets cachés.
  3. La recherche des personnes sera (mieux) intégrée à la recherche.

·  La Compréhension :

  1. Combinaison de l’ensemble des éléments SharePoint avec la pile de Business Intelligence. [Pas vraiment de détail pour l’instant, ou peut-être rien de nouveau. Compte tenu des possibilité de SQL 2008 et de l’éditeur de rapports et de l’arrivée de Performance Point en 2009 dans la pile MOSS 2007.]

·  Les Combinaisons :

  1. "Créer rapidement des solutions dynamiques" [A la conférence SharePoint de 2006, nul autre que Bill Gates a dit de construction composites est la capacité numéro 1 de SharePoint. Les applications combinées englobe les portails, mais aussi d'autres styles d'applications web faites de pièces d'assemblage de services Web ou des services RESTful, mashups, ou de gestion des processus d'entreprise.]

·  Fonctionnalités aperçues dans la démo

1.      L'interface utilisateur

  1.  
    1. L’apparition du ruban disponible un peu partout dans SharePoint est escamotable, personnalisable et contextuel. [L’expérience du ruban dans l’application en ligne Office WorkSpace depuis plus d’un an montre une forte adoption du ruban comme dans le reste de la suite Office.]
    2. Edition du contenu en direct. Dans la démo on peut voir une modification en direct du texte d’un page Web avec par exemple l’aperçu des polices de caractères ou de la taille survolée, comme dans Word 2007, lors de la modification de la polices.
    3. Redimensionnement assez lourd assez lourd des images comme dans un client lourd, l'ajout d'une bordure, etc. directement dans l’interface WEB.
    4. L’apparition d’un Webpart Silverlight
    5. Possibilité d’appliquer des thèmes PowerPoint à des sites (couleurs, polices, etc). Personnalisation beaucoup plus importante depuis MOSS 2007.

·  Connectivité avec la production

  1. Intégration directe et avancée des diagrammes Visio directement en SP, et depuis Visio. Ces diagrammes Visio pourront consommer des données dynamiques et directement issues des applications de l’entreprise.
  2. Remplacement du BDC par le BCS. Apparition de l’acronyme: Services de Connectivité d’Entreprise (Business Connectivity Services - BCS) qui remplace le Catalogue de Données d'Entreprise (Business Data Catalog - BDC)
  3. Réécriture complète de SharePoint Designer pour une consommation de l’ensemble des objets SharePoint 2010, les sites, les listes, les flux de travail, etc…
  4. Apparition d’un élément “Entité” pour la création de connexion au bus de données.
  5. Démonstration d’un connecteur SQL permettant de créer les actions Créer, Lire, Mettre à jour, Supprimer automatiquement.
  6. Démonstration des capacités de filtrage à partir d’un ensemble de donnée BCS qui ressemble à une liste SharePoint mais qui est en fait une base de données SQL.
  7. Possibilité d’éditer directement une donnée sur un mode de type AJAX en cliquant simplement sur “Edition d’un élément
  8. Améliorations du panneau d’information du document lors de l’ajout d’un nouveau document depuis l’application Office.

·  Travailler avec des données de manière plus riche

  1. Microsoft a finalement précisé que SharePoint Workspace (anciennement Groove) est le client riche pour SharePoint.
  2. Synchronisation d’un ensemble complet directement dans SharePoint Workplace pour le conserver Offline. [Pas de mode Pair à Pair pour ce type d’espace SharePoint Workspace.]
  3. Possibilité de continuer à travailler sur le contenu SharePoint « Offline » puis réintégration du contenu avec ses modifications dans l’espace SharePoint en utilisant les fonctions Check-In/Check-Out, Consulter les Versions…
  4. De nombreuses autres nouvelles fonctionnalités seront dévoilées lors de la SharePoint Conférence 2009. [Des nouveautés autour des Workflows??, …]
  5. Intégration des médias riches dans l’ensemble de la gamme 2010 Office client et serveur.

In SharePoint I Trust… To be Continued…

Premiers aperçus et spéculations concernant SharePoint 2010

 Pour les professionnel IT (par Richard Riley)

1.     Hébergement et délégation

  1. SharePoint sera disponible en hébergé ou sur site. [Le nouveau SharePoint sera plus adapté aux problématiques d’hébergement et de respect des SLA. Mon expérience sur l’offre Managed SharePoint chez OBS m’a montré à quel point SharePoint dans sa version 2007 n’est pas adapté au mode “Hébergeur”. Microsoft c’est particulièrement concentré sur cette problématique sur l’ensemble de Wave 14…]
  2. Beta disponible d’ici fin 2009 [probablement fin octobre 2009 au même moment que la SharePoint Conférence de Las Vegas. Les infos pourront être suivies sur Twitter sur #SPC09 ou sur #SPC09FR pour la version française. Mais j’aurais l’occasion de vous en reparler dans un futur billet.]
  3. Disponibilité finale du produit 1er semestre de 2010. [Estimé aux environs de juin ou juillet 2010]
  4. Cette nouvelle version est destinée à faciliter la haute disponibilité de l’infrastructure pour permettre à Microsoft de fiabiliser les solutions disponibles dans le Cloud, dans BPOS. [Sur la haute disponibilité, un des points faibles se situe au niveau de la notion de SSP… et de l’incapacité de redonder certain rôles.]
  5. Amélioration de la productivité des équipes IT. Simplification de l’administration. [L’intégration de bon nombre d’outils et d’aide à l’administration et au paramétrage le permettra mais ce qui simplifie le plus la lourde tache de l’administration d’un tel système, c’est une bonne définition de votre Plan de Gouvernance.]
    1. L’Administration centrale : Simplification de l’interface d’administration centrale. Interface ressemblant au « Panneau de Configuration » de Vista/Seven ou Server 2008/2008R2. [Ohh!!! Un Firefox pour l’administration ]
    2. Apparition du ruban dans l’administration également.
    3. Intégration de l’analyseur de bonne pratique déjà existant en add-on dans 2007, mais cette fois, directement dans l’interface de l’administration centrale.
      1. Cet analyseur permet d’analyser la santé, la performance, et a des rapports pré-paramétrés.
      2. L’analyseur fournit un ensemble de règles et permet également d’envoyer régulièrement des alertes avec les problèmes rencontrés. Les administrateurs peuvent créer des règles personnalisées et demander l’application de corrections automatiques. [Cette fonctionnalité est particulièrement intéressante…]
      3. Apparition d’une nouvelle base de données des évènements qui peut être étendue et personnalisée avec des rapports supplémentaires ou adaptés.
  6. Une infrastructure unifiée capable d’absorber les montées en charge.
    1. Elimination de la limitation connue sur l’affiche des listes comportant un très grand nombre d’enregistrements. Le système ne se bloquera plus.
    2. Des seuils peuvent être fixés par l’administrateur sur le nombre de lignes maximales ne seront retournées. Il sera également possible de définir des "happy hours" pendant lesquelles le système profitera d’un creux de connexion pour servir des demandes plus importantes.
  7. 1.      Restauration des bases de contenu non attachés
    1. Les administrateurs peuvent parcourir le contenu dans des répertoires, créer des exports et le charger dans une liste.
  8. Souplesse du déploiement
    1. Vous pouvez détacher une base de données de MOSS 2007 et l’attacher SharePoint 2010. [Ce qui en théorie devrait grandement facilité la migration… N’oubliez pas que vous avez la possibilité d’évaluer la capacité ou non de migration vers SharePoint 2010 dans votre SharePoint 2007 si vous avez déployé le Service Pack 2]
    2. La possibilité est laissée au propriétaire d’un espace de travail de conserver le look and feel de l’interface de MOSS 2007. La migration vers le nouveau look and feeling peut ainsi être prévu après avoir vérifié la migration et l’adhésion des utilisateur au nouvel espace. [Cette fonctionnalité permettra t’elle de migrer en conservant certain Webpart développés pour MOSS 2007??]

2.     Disponibilité de la Beta Public

3.     Disponibilité finale

4.     Haute disponibilité

5.     Administration

6.     Montée en charge

7.     Restauration

8.     Déploiement

In SharePoint I Trust… To be Continued…

Premiers aperçus et spéculations concernant SharePoint 2010

Pour les développeurs (par Paul Andrew)

La puissance de l’infrastructure SharePoint c’est également la richesse sans limites d’un langage de développement. Et dans ce domaine, les infrastructures SharePoint n’ont pas à rougir. Depuis quelques années maintenant, doté d’un Framework qui n’a plus à démontrer sa robustesse, .Net c’est positionner comme plateforme majeure de développement. Mais bien sur, comme dans la plus part de ses produits, exister ne suffit pas pour la firme de Redmond… Créer, innover, participer à la découverte de nouveau usage est revenu au centre même de son fonctionnement.

Nouveaux visages, nouveaux modes de fonctionnement mais toujours en capitalisant sur l’expérience passée…

Même si il est toujours délicat de se lancer dans le développement sur une plateforme comme SharePoint (souvenez-vous des migration 2003 vers 2007…), c’est aussi une grande richesse de l’infrastructure d’information que de pouvoir se tordre un peu pour s’adapter aux usages, processus et infrastructures existantes.

Je le dis encore (et sans rougir ), je ne suis pas un développeur… Mais l’utilisation de SharePoint comme infrastructure SOA est une évidence pour la mise en place du Bus de Services de l’entreprise. Mais ça fera l’objet d’un futur post… hé hé… D’ailleurs Microsoft vient de publier un petit fascicule très intéressant pour expliquer le SOA (Service Oriented Architecture)… En plus il est illustré par François Cointe (C’est vraiment excellent… J’adore). Une sorte de SOA pour les Nuls… En attendant un autre sur le WOA (Web Oriented Architecture)… En attendant revenons au Sneak Peek…

1.     Amélioration de la productivité des équipes des développements.

  1. Visual Studio 2010 intègre de nombreuses fonctionnalités dédiées.

  1. Les éléments SharePoint disponibles à la création directement depuis Visual Studio 2010 avec un déploiement direct depuis l’interface de développement, puis de préciser la configuration du déploiement comme pour un paquet WSP qui peut comprendre les étapes d'installation personnalisé.

  1. Possibilité de débogage en direct sur l’infrastructure de développement.

  1. Disponibilité directement dans SharePoint d’une nouvelle partie visuelle Web designer et Team Foundation Server.

 

  1. Possibilité de consulter les listes et les autres éléments du serveur à partir directement dans l'explorateur Visual Studio sans avoir à passer par SharePoint.
  2. Apparition de la disponibilité de LINQ pour accéder aux listes SharePoint, y compris les jonctions.

2.     Une plateforme riche

  1. Le nouveau modèle objet client peut être utilisé pour exécuter du code sur la machine cliente (. NET, Javascript, Silverlight)
  2. Utilisation du WebPart Silverlight et BCS (Services de Connectivité de l’entreprise)
  3. Améliorations des processus de mise en production des déploiements. [Là on parle des déploiements des Webparts, applications et espaces SharePoint. Pas du déploiement du contenu]
  4. Evolutions non précisées du système de déploiement du contenu. [Mais j’aime à penser qu’il y en aura… . Les modules de réplication ont rapidement fait leur apparition dès la sortie de MOSS 2007 et dans le cas des Branch Offices c’est vraiment un “Must Have!”. D’autant que ces fonctionnalité de Branch Office sont vraiment mises en avant avec Windows Server 2008 R2… Donc à voir…]
  5. Support conservé du BDC dans Visual Studio 2010.

  6. Utilisation de Silverlight pour remplir une grille de données avec des éléments provenant d'une liste SharePoint.

3.     La Souplesse du déploiement

4.     Les données des services de connectivité



In SharePoint I Trust… To be Continue

Premiers aperçus et spéculations concernant SharePoint 2010

L’infrastructure technique

L’annonce a déjà été faite depuis plusieurs semaines maintenant sur le blog officiel de l’équipe de développement http://blogs.msdn.com/sharepoint/, SharePoint ne sera disponible qu’en version 64bits. Windows Server 2008 a été la dernière version disponible en 32bits. La version 2008 R2 ne sera disponible, elle aussi, qu’en version 64bits. L’intérêt du 64bits n’est désormais plus à démontrer tant sur l’utilisation de la mémoire que sur l’optimisation des nouveaux processeurs.

Pour le reste des nouveautés revoir le billet précédent qui se faisait l’écho du blog officiel “Dernières news SharePoint 2010”.

Faut-il attendre SharePoint 2010?

Comme à chaque fois… Attendre ou non? Je crois que la question ne se présente pas tout à fait de cette manière…

  • Soit vous utilisez déjà SharePoint 2007 et dans ce cas le Service Pack 2 publié récemment contient un outil permettant d’analyser votre infrastructure et de vous guider sur les modifications à apporter avant la mise à jour. L’utilisation ce cet outil fera l’objet d’un futur billet… Mais vous pouvez déjà consulter celui de Joel Oleson sur le sujet… Part 1 et lors du webcast sur ce sujet “Preparing for Your Upgrade to SharePoint 2010 Today” - Date/Time: Thursday, August 13, 2009.
  • Soit vous utilisez déjà SharePoint mais en version SPS 2003 et dans ce cas il ne semble qu’aucune mises à jour ne soit prévues pour cette version ni d’ailleurs pour STS 2001. Dans ce cas comme le cas précédent, rappelez-vous que SharePoint est fait pour se positionner comme fédérateur de contenu. Il sera probablement possible comme dans 2007, d’intégrer du contenu provenant de sites annexes et également de l’indexer. Dans ce cas, pourquoi gaspiller du temps, de l’énergie et du temps collaborateur en conduite de changement si le site actuel remplit déjà la ou les fonctions souhaitées? Développez une nouvelles infrastructures de données et votre nouveau bus de données pour héberger vos nouveaux besoins. Il vous sera ensuite possible de faire évoluer vos applications existantes vers ce nouvel environnement.
  • Soit vous n’utilisez pas encore SharePoint et dans ce cas, je vous recommande de planifier une revue de processus qui vous permettra de réaliser votre plan de gouvernance ainsi que la modélisation des contenus. Cette opération peut apparaitre très lourde mais elle est indispensable pour aborder correctement les problématiques de gestion des flux d’informations dans le cadre de votre entreprise mais également vers ou depuis l’extérieur car aujourd’hui plus aucune entreprise ne peut travailler en complète autonomie. Dans un prochain billet, je reviendrai sur le contenu de ce plan de Gouvernance sachant que bon nombre de MVP se sont spécialisés sur tout ou partie de cette étape vitale pour la bonne conduite d’un projet SharePoint (parmi eux: Pierre-Erol Giraudy et Christian Hougardi…). De plus, une fois constitué, ce document de référence qui devra bien entendu évoluer aux rythmes des revues de processus, permettra également d’identifier et de mieux connaitre vos “Cibles” ainsi que la conduite du changement à envisager pour chacune d’elles.

Dans tous les cas il est probable que vous soyez amenés à envisager une évolution complète de votre infrastructure. Que peut m’apporter une migration vers Windows Server 2008 R2? Dois-je migrer mon annuaire et les serveurs qui l’héberge pour profiter de Geneva? Direct Access est-il intéressant pour mes collaborateurs itinérant? Mes agences ont-elles intérêt à utiliser le Branch Cache?

Sur le plan des structures de données, dois-je migrer vers SQL Server 2008? Comment migrer mon Datacenter vers le 64bits?

Sur le plan des infrastructures réseau, un autre challenge se présentera dans les prochaines années comme extrêmement stratégiques: Le passage en réseau IPV6. En effet, nos infrastructures sont de plus en plus destinées à facilités les nouveaux usages comme le travail à distance, à partir d’un plus grand nombre d’appareils (mobiles, poste personnel,…) et l’usage du réseau obligera bientôt à favoriser V6. La liste des nouvelles fonctionnalités de 2008 R2, comme la disparition des VPN toujours délicats à maintenir et l’évolution des modes d’authentification, peut laisser un doute sur l’échéance exacte mais aucun quant à ce futur besoin.

Du côté du poste de travail, dois-je envisager Se7en? (moi j’ai déjà tranché ). Comment prévoir l’évolution de mon parc machine? Office 2010 est-il intéressant pour moi? ou puis-je rester sur ma version actuelle en 2007?

Bien sûr, tous ces projets engendrent des couts importants tant dans les études à mener que dans les licences nécessaires à leurs mise en place. Pensez là aussi à vous rapprocher d’un expert en Licencing pour vous aider à globaliser la vision et l’évolution de votre parc informatique. Compte tenu de la concurrence, Microsoft a aussi beaucoup évolué dans les solutions qu’il est en mesure de mettre à disposition d’entreprise souhaitant trouver un partenaire dans la gestion de l’infrastructure d’information.

Donc, NON, il ne faut pas attendre pour s’informer sur l’outil qui de tout façon ne sera disponible que dans le 1ier semestre 2010.

Conclusions

Beaucoup d’informations restent encore à être dévoilées et j’imagine que la firme de Redmond nous prépare encore quelques belles surprises pour la SharePoint Conférence 2009 qui se déroulera du 19 au 22 octobre prochain.

Le millésime 2010 est déjà annoncé comme un très grand cru tant les améliorations sont nombreuses. Ce qui est très intéressant; c’est que sous la pression commercial de Google, Microsoft, depuis quelques années, aborde un virage important et doit apprendre un nouveau métier : L’hébergement et la fourniture d’infrastructures permettant ce mode de fonctionnement. La solution MOSS 2007 à la particularité d’être compliquée à maintenir en environnement hébergé mais c’est également le cas d’Exchange et Communication Server. D’où la nécessité de faire évoluer son offre d’infrastructure vers ce nouveau modèle.

L’offre Google et Oracle s’organise elle aussi autour de l’urbanisation des systèmes d’information, mais aucune d’elles ne bénéficie d’une intégration au poste de travail équivalente. La position hégémonique de l’éditeur peut apparaitre parfois comme dangereuse mais il faut envisager la relation différemment. Microsoft doit devenir un partenaire de la productivité et non pas un simple éditeur de logiciels. Comme un fabriquant de machines outils servant à la production dans la chaine de fabrication d’une voiture par exemple.

Donc pour résumer tout en continuant la comparaison avec le vin , les récentes annonces autour de l’évolution d’Office et de SharePoint présente une très jolie robe… Reste maintenant à confirmer en jugeant le nez et la bouche de cette nouvelle cuvée que j’espère tannique...

In SharePoint I Trust… And In vino Veritas… hips! (boire avec modération évidemment…)

La CTP de SQL Server 2008 R2 liée à Office et SharePoint 2010?? ;)

D’après l’article d’origine sur le LABORATOIRE SUPINFO DES TECHNOLOGIES MICROSOFT par Jean-Sébastien DUCHÊNE.

Tiens?! SQL Server à lui aussi ses R2?? Un an après la sortie de SQL Server 2008, voici que la CTP d’une R2 (nom de code « kilimanjaro ») pointe le bout de son nez.

Parmi les avancées majeures de cette version, on retrouve :

  • Augmentation du nombre de processeurs logiques supportés de 64 à 256.
  • Nouvelles vues de Tableau de bord (DashBoard) permettant d’identifier les possibilités de consolidation.
  • Nouvelles extensions dans SQL Server Management Studio.
  • Support des données géospatiales
  • La gestion complète par Microsoft SharePoint lui donne la capacité de contrôler et fixer tous les apports de la Business Intelligence
  • Simplification de la gestion de fermes de serveur et du déploiement des applications sur celles-ci.
  • Réduction du temps consacrés au développement de rapport en donnant aux utilisateurs la capacité de designer leurs propres requêtes, rapports, et tableaux
  • Nouvelle extension d’analyse pour Excel 2010 permettant l’analyse et le bilan d’un nombre important de données.
  • Les nouvelles possibilités de mâche de données « vers le haut » simplifieront des tâches longues de rassemblement et de consolidation de données.
  • Possibilité de paralléliser certaines requêtes sur de multiples serveurs.
  • Intégrez les données des sources multiples, y compris des bases de données d'entreprise et des sources extérieures, utilisant les outils puissants dans Microsoft Excel.
  • Nouveaux outils de collaboration permettant le partage de rapports et données au travers Office SharePoint Server où ils seront automatiquement rafraichi

SQL Server 2008 R2 est donc disponible pour les abonnées MSDN :

SQL Server 2008 R2 CTP sera disponible pour tous le 12 Août à cet adresse : http://technet.microsoft.com/en-us/evalcenter/ee315247.aspx

Article sur le site Ars Technica “SQL Server 2008 R2 August CTP arrives on MSDN and TechNet

[…]Microsoft today released the first Community Technology Preview (CTP) of Microsoft SQL Server 2008 R2 for MSDN and TechNet subscribers. The SQL team also noted that the CTP would be available to the public on Wednesday and that it would be taking feedback on MSDN. At the same time, the company today posted SQL Server 2008 R2 Books Online Community Technology Preview August 2009 on the Microsoft Download Center. The R2 release is supposed to improve IT efficiency by reducing the time and cost of developing and managing applications. […]In May 2009, Microsoft announced that a CTP of SQL Server 2008 R2 (formerly codenamed Kilimanjaro) would be available in the second half of 2009, and today it has arrived. The final version is expected in the first half of 2010.[…]

Je pense donc que nous en savons un peu plus sur les fonctionnalités Business Intelligence qui seront proposées dans la prochaine version (tant attendue ) de SharePoint. Une fois n’est pas coutume, cela donne également l’occasion de rappeler à quel point l’ensemble des produits Microsoft se complètent. Et oui 1+1 chez Microsoft ça donne 3 et non 2. 1 logiciel plus 1 autre permettent de disposer des fonctionnalités des deux produits + des fonctionnalités liées au deux produits assemblés.

Sur cet aspect, le site d’avant première SharePoint 2010 (voir articles précédant 1 2 3 4 5) ne nous révèle pas grand chose. Et pour cause. La CTP de la version R2 sort en Aout, soit juste avant ou au même moment de la CTP de SP2010, je ne crois pas aux hasards… Il suffit de faire un petit retour sur les annonces de la WPC09 avec entre autre l’intervention de Bob MUGLIA, président des logiciels et outils (Windows Server, SQL Server et Visual Studio, etc.), sur le projet GEMINI, sur celle de Herain OBEROI, chef du groupe projet Madison/SQL Server 2008 R2, sur le projet MADISON ou encore sur notre “Donut” SharePoint…

Le Sneak Peek nous présente un nouveau concept :”Insight” qui peut être traduit comme "Aperçu". Déjà, début 2009, Microsoft a annoncé des modifications dans le mode de licences pour le produit serveur “Performance Point”. Le changement a permis aux titulaires d’une CAL Entreprise SharePoint d'exploiter la plate-forme BI sans frais supplémentaires. Dans le délai entre cette annonce et la sortie annoncée de SharePoint 2010, Microsoft a directement intégré certaines fonctions de la plate-forme de l’ancien “Performance Point” dans la plateforme SharePoint 2010. Les fonctionnalités BI ont toujours été une faiblesse de SharePoint. Il est maintenant évident que Microsoft travaille à la fois à l’amélioration des ces fonctions ainsi qu’à l’intégration ou au moins la parfaite synergie entre le BI et SharePoint.

Excel 2010 + SQL Server 2008 R2 + Sharepoint 2010, c’est l’avenir de la BI Microsoft.

Bob Muglia a démontré les capacités d’Excel 2010, appuyé à SQL Server 2008 (et R2) et SharePoint 2010. Un package qu’il a baptisé le Self Service BI et dont l’ambition est de donner aux utilisateurs métiers les capacités de créer des applications décisionnelles “in memory” en quelques minutes et ne plus attendre des semaines que leur service informatique leur créé des cubes OLAP.

« Avec Excel 2010 et SQL 2008, j’ai une véritable application décisionnelle bâtie en 6 minutes », tel est le commentaire de Bob Muglia qui, après être parti d’un tableau SAP est effectivement parvenu à créer une application décisionnelle Web en quelques minutes, sans même connaître le terrible effet démo… Son secret ? Essentiellement le tout nouveau Excel 2010. Car à partir d’une feuille de 100 millions de lignes entièrement chargée dans la mémoire de son laptop (avec 2 Go de RAM), il a crée un jeu de graphes.

La navigation dans les rapports créés avec Excel 2010 dans SQL Server 2008 Reporting Services est possible avec un nouveau composant Silverlight.

Ok, Ok… Jusque là rien d’extraordinaire.

Sauf qu’à ces graphes, il a ajouté des “Slicers” , des contrôles sur les données affichés. C’est ceux-ci qui vont transformer la feuille Excel et ses graphes telle qu’on la connait en une vraie application décisionnelle. Mieux : cette feuille Excel, il l’a sauvé dans SQL Server 2008 puis celle-ci était disponible sur le portail SharePoint 2010. Un composant Silverlight permet de les faire défiler à l’écran à la manière de fichiers musicaux sur un iPod. Les “Slicers” démontrent alors toute leur utilité : si on choisit de lancer une “application décisionnelle”, celle-ci est accessible en mode client léger. La feuille reste active même dans le navigateur, les “slicers” permettent d’agir sur les graphes.

In SharePoint I Trust…

http://technet.microsoft.com/fr-fr/windows/dd902180.aspx

http://nicogeorgeault.spaces.live.com/blog/cns!58B26F9BA8C7BD27!1963.entry?sa=773634936

 

 

Repost 0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 14:41

Sa nouvelle solution, EPM, est complémentaire d'Access Manager, la solution de gestion des accès web de l’éditeur, avec qui elle partage le même référentiel utilisateurs.

Entitlements Policy Manager de RSA

Caractéristiques

Authentification (WS-Trust et SAML), autorisation (XACML2.0) d’accès à un service web. S’interface avec les annuaires LDAP, dont Active Directory et Sun Directory Server 6. Fonctionne sur Microsoft Windows 2003, Red Hat ES 5, Sun Solaris 10 et Suse ES 10.

Principaux concurrents

Identity & Access Management d’Oracle et Federated Identity Manager d’IBM Tivoli.

Prix

Tarif dégressif : de 10 $ par utilisateur (moins de 1 000 utilisateurs) à 0,40 $ (plusieurs centaines de milliers d’utilisateurs).

RSA, la division sécurité d’EMC, enrichit son offre d’autorisation contextuelle avec Entitlements Policy Manager (EPM). Cette solution gère les droits d’accès aux services web et aux architectures orientées services. Elle est ainsi complémentaire à Access Manager, la solution de gestion des accès web de l’éditeur.
Développés par les mêmes équipes, les deux produits partagent d’ailleurs le même référentiel utilisateurs grâce à une authentification unique SSO (Single Sign-On). Ce référentiel est maintenu par les administrateurs à travers une interface web. Il stocke les rôles et les attributs des collaborateurs, ainsi que les différentes politiques de sécurité des infrastructures contrôlées. Entitlement Policy Manager permet aussi de corréler les risques liés à la fois aux utilisateurs et aux ressources auxquelles ils accèdent. Il centralise et assure, par exemple, le contrôle d’accès à toutes les applications disponibles sous forme de services depuis un portail Sharepoint.

Pour les plates-formes .Net et Java EE

EPM exploite les protocoles standards WS-Security, XACML (eXtensible Access Control Markup Language), WS-Trust et SAML (Security Assertion Markup Language). Entitlements Policy Manager s’installe sur un serveur fonctionnant sous les systèmes d’exploitation Windows ou Linux. Côté développement, cette solution supporte les plates-formes .Net (Sharepoint) et Java EE (Weblogic, Aqualogic, Websphere).

Repost 0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 14:35

La version 3 d'Alfresco intègre un environnement pour mettre en œuvre wikis, blogs, forums, etc., sans connaissance pointue de Java, XML ou des langages de scripts.

Alfresco Enterprise Edition 3.0 d’Alfresco

Caractéristiques

Logiciel open source collaboratif de gestion de contenu. Groupes de travail, gestion de versions, circuits de validation. Wikis, blogs, forums et ca­lendriers.

Principaux concurrents

Sharepoint Portal de Microsoft, Nuxeo EP du même éditeur, JCMS de Jalios, et Open4 Cross Media de Noheto-Wedia.

Prix

Sources gratuites, ensuite contrat de services.

Alfresco 3.0 intègre le nouvel environnement de développement Surf, qui facilite la conception de sites, de pages et de contenus collaboratifs sans connaissance pointue de Java, du XML et des langages de scripts. Cette version s’appuie sur ce dernier environnement, afin de mettre en œuvre des wikis, des blog, des forums, des calendriers et des espaces documentaires. Les contenus peuvent être appelés indifféremment depuis des plates-formes externes, ou locales. Au chapitre collaboratif, on notera aussi la prise en charge du protocole Sharepoint afin d’activer les fonc­tions collaboratives présentes au sein du pack bureautique Office. Autre point, Alfresco 3 est un des premiers logiciels à gérer l’API d’interopérabilité universelle CMIS. Cette dernière, réalisée par les laboratoires de l’éditeur, est encore expérimentale.

Une version hébergée

Côté supervision, un tableau de bord facilite le contrôle global de l’activité des groupes de travail et des utilisateurs qui les com­posent. Pour mémoire, chaque groupe de travail peut disposer de son propre espace de stockage documentaire, qu’accompagnent des fonctions de circuits de validation, de gestion de versions, ou encore de commentaires. Plus anecdotique, la fonction invitation offre la possibilité d’inviter dans chaque espace collaboratif des utilisateurs de l’entreprise ou des personnes externes comme les partenaires, les clients et les fournisseurs. A noter qu’Alfresco vient de lancer une version Saas hébergée par le prestataire Atol, qui inclut des services de maintenance.

Repost 0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 14:29

La version 2009 de CS comprend une trentaine de nouveaux modules pour afficher des catalogues, gérer les profils utilisateurs ou éditer les caractéristiques des produits depuis le portail.

Commerce Server 2009 de Microsoft

Caractéristiques

Logiciel d’e-commerce multicanal administrable à partir de Sharepoint. Embarque le framework .Net 3.5 et le moteur de restitution SQL Reporting Services.

Principaux concurrents

Commerce Suite 9 d’ATG, Websphere Commerce 6 d’IBM et Cameleon 7 d’Access Commerce.

Prix

21 751 € en version Enterprise.

Microsoft associe Commerce Server (CS) 2009 à son portail Sharepoint Server. Selon l’éditeur, cette version de CS 2009 nécessite moins de développements. Une trentaine de nouveaux modules prêts à l’emploi (webparts) servent à afficher des catalogues, à gérer les profils utilisateurs ou à éditer les caractéristiques des produits directement depuis le portail. Ainsi, le module Catalogue produit présente des miniatures correspondant aux images, et fournit les propriétés d’un objet. De son côté, le module de commande sert à ajouter des produits au panier puis à les gérer. Enfin, celui dédié aux profils utilisateurs facilite l’établissement de listes d’adresses, et prend en charge les procédures de récupération de mots de passe.

Faciliter l’accès mobile

Autre évolution, l’utilisateur a désormais la possibilité d’ajouter des commentaires et d’attribuer des notes à un produit. En matière de géolocalisation, Microsoft met à disposition un module pour intégrer une carte géographique détaillée au sein d’un site de réservation d’hôtels, par exemple. Celui-ci s’appuie sur le service Virtual Earth de l’éditeur.
Par ailleurs, la plate-forme Commerce Server 2009 s’équipe d’une API destinée aux terminaux mobiles. Développée par l’éditeur canadien Cactus, elle limite le développement de code spécifique afin d’utiliser les principaux appareils mobiles du marché. De plus, la plate-forme de commerce électronique de Microsoft prend en charge l’environnement d’exécution .Net 3.5, facilitant ainsi la programmation depuis Visual Studio. Enfin, un gestionnaire de thèmes aide à personnaliser l’apparence du site par simple sélection.

Modules

Capture d'écran de Commerce Server 2009

Les propriétés des webparts d’un site géré par CS 2009 sont modifiables via le portail Sharepoint Server ou sa variante Sharepoint Services.

Repost 0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 14:26

L'originalité d'Eversuite.Net, la plate-forme documentaire de l'éditeur destinée aux PME, tient surtout aux extensions vers Navision.

Eversuite.Net d’Ever Team

Caractéristiques

Plate-forme de gestion de contenu bâtie sur les briques technologiques de Microsoft.

Principaux concurrents

Sharepoint Portal Server de Microsoft, Docushare Express de Xerox, Docubase Framework et Alfresco Enterprise Edition d’Alfresco.

Prix

De 30 000 à 50 000 € en incluant le logiciel et le service pour quelques dizaines d’utilisateurs.

Eversuite.Net, d’Ever Team, n’est pas une déclinaison d’Eversuite dans le monde Microsoft. Les positionnements de ces deux plates-formes documentaires sont différents, leurs ambitions également. Fondé sur Java, Eversuite répond aux besoins des grandes structures (notamment publiques), alors qu’Eversuite.Net cible les PME. Le numéro un des éditeurs français de gestion de contenu a d’ailleurs pris le parti de faire reposer presque entièrement sa solution documentaire sur les technologies de Microsoft. Sharepoint fournit le cœur de la solution : le référentiel documentaire et le portail pour la consultation. Même l’outil de workflow retenu est celui de Microsoft.

Deux extensions vers Dynamics NAV

Si l’on s’en tient à l’aspect purement documentaire, l’apport d’Ever Team reste minime : un outil graphique de modélisation des processus, des fonctions avancées de reconnaissance de caractères, et une gestion plus fine des droits d’accès aux documents. « On gomme les insuffisances de Sharepoint et on ajoute des contrôles », résume Eric Detang, en charge du développement commercial de l’offre .Net chez Ever Team.
L’originalité d’Eversuite.Net tient surtout aux extensions proposées en direction de Microsoft Dynamics NAV. Avec l’aide d’un partenaire irlandais, le Français a développé deux solutions de gestion des achats (ES-for Purchase & Payables) et des ventes (ES-Sales). En pratique, « depuis Navision, le comptable visualise le bon de commande », précise Eric Detang. A l’instar de ce que propose Open Text avec SAP et Oracle, Ever Team relie le monde du contenu structuré et celui du non structuré, mais il le fait à l’échelle des PME. C’est une nouveauté.

Repost 0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 14:15

Powercontrols offre des capacités de restauration granulaires – documents, dossiers, listes, bibliothèques – à partir de sauvegardes partielles ou complè­tes.

Powercontrols 5.1 de Kroll Ontrack 

Caractéristiques

Solution de recherche et de récupération des données, compatible avec Microsoft Office Sharepoint Server 2007 et Microsoft Exchange.

Principaux concurrents

Siteminder r12 de CA.

Prix

A partir de 10 $ par utilisateur.

Spécialiste de la récupération de données sur supports matériels, Kroll Ontrack proposait déjà sa solution Powercontrols pour Microsoft Exchange. Avec la version 5.1, l’éditeur étend son périmètre à Sharepoint Server 2007. Il est désormais possible de rechercher et de restaurer les données d’une base Sharepoint sans recourir à un serveur de restauration, habituellement indispensable à un adminis­trateur pour récupérer des données dans une instance de ce serveur de Microsoft.
Face aux fonctions de restauration complexes et lentes de Sharepoint, la solution de Kroll Ontrack offre des capacités de restauration granulaires – documents, dossiers, listes, bibliothèques – à partir de sauvegardes partielles ou complè­tes.

Une récupération possible hors contexte d’origine

Powercontrols ne s’installe pas sur un serveur Sharepoint, mais fonctionne depuis un poste client. L’outil Extractwizard extrait les données, les métadonnées et les fichiers d’enregistrement (logs) associés à un objet recherché dans Sharepoint. Il peut restaurer cet objet dans n’importe quel site Sharepoint, celui d’origine comme un autre, ce qui n’est pas possible avec la fonction intégrée dans Sharepoint. Ce même outil sait aussi restaurer le contenu de cet objet en dehors du serveur de Microsoft, dans un système de fichiers, à des fins d’audit par exemple.
A noter : Kroll Ontrack affirme avoir réduit le temps nécessaire à la recherche de données multicritères (mots clés, sujet, date, utilisateurs, pièces jointes, etc.) par les administrateurs ou auditeurs.

Repost 0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 13:58

Destiné aux PME, Windchill Productpoint est un logiciel de gestion du cycle de vie produit simplifié. Il fonctionne grâce au service élémentaire de portail Windows Sharepoint Services, embarqué avec Windows Server.

Windchill Productpoint 1.0 de PTC

Caractéristiques

Plate-forme de gestion du cycle de vie produit s’appuyant sur Windows Sharepoint Services. Nécessite Windows 2003 ou 2008 Server, ainsi que SQL Server

Principaux concurrents

Vault d’Autodesk, Solidworks Workgroup PDM et Enterprise PDM de Solidworks, @udros 6.3 d’Assetium, et Smarteam Design Express de Dassault Systèmes.

Prix

1 900 € par utilisateur (version complète).

Destiné aux PME, Windchill Productpoint, de PTC, est un logiciel de gestion du cycle de vie produit (PLM) simplifié. Il fonctionne grâce au service élémentaire de portail Windows Sharepoint Services, embarqué avec Windows Server. « Nous avons développé notre offre sur cette plate-forme de façon à fournir une solution abordable financièrement », explique Damien Lyant, vice-président Channel chez PTC Europe.
Windchill Productpoint se concentre sur la gestion des données et des structures du produit. Il ne peut donc rivaliser avec Windchill PDMLink, l’offre PLM haut de gamme de PTC, en matière de déploiement de workflows complexes, et de gestion des configurations et des modifications. « Notre objectif n’est pas d’égaler la richesse fonctionnelle de PDMLink », précise Damien Lyant.

Intégré avec Office

L’atout de cette orientation consiste en l’intégration avec la suite bureautique Office de Microsoft et les outils web 2.0 du portail Sharepoint. De plus, PTC fournit des modules webparts afin d’autoriser un premier niveau d’intégration avec Windchill. L’échange de données avec un progiciel est possible via l’export vers un fichier plat, éventuellement au format Excel. Cette fonction intéressera les agences chargées de communiquer avec un bureau d’études centralisé.
Actuellement, Windchill Productpoint 1.0 ne gère que les données issues du logiciel de modélisation 3D Pro/Engineer (Wildfire 4.0). Ce lancement ne concerne donc que les 2 000 entreprises françaises déjà équipées de cet outil. Il faudra attendre 2010 pour voir apparaître un module nommé Multicad, capable d’accéder aux données d’autres solutions de CAO.

Collaboratif

Capture d'écran de Windchill Productpoint 1.0 de PTC 

Productpoint dispose d’un outil de visualisation des modèles 3D qui autorise l’annotation des assemblages par tous les utilisateurs.

Repost 0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 11:19
Google promet de révolutionner la manière dont les entreprises et les particuliers communiquent sur Internet. Nouveau protocole client / serveur et Web Services sont au programme.

 

Google vient de présenter au cours de la conférence Google I/O un nouveau produit en développement, qui devrait être disponible d'ici à la fin de l'année. Google Wave, c'est son nom, est annoncé comme la prochaine révolution de la communication collaborative en temps réel.

Basé sur la version 5 du langage HTML, en cours de finalisation, Google Wave s'apparente à un portail équipé d'un webmail, d'une messagerie instantanée, et d'une multitude de fenêtres ouvrant sur des services Web de type réseaux sociaux, jeux en ligne, ou encore micro blogging. L'ambition de ce nouveau concept est de permettre des conversations multimédia et de l'échange de fichiers instantané à deux ou en groupe, en utilisant les divers moyens de communication inclus dans le produit.

Pour assister ces conversations d'un nouveau type, des robots peuvent être greffés sur les conversations. Ainsi, un robot de traduction doit permettre à un chinois et un français de communiquer en instantané dans leur propre langue.

Une idée séduisante donc, mais pas si simple pour qui connaît les temps de latence de la messagerie instantanée, et les difficultés à suivre une conversation au fil de différents emails.

 
Autre particularité de cette nouveauté, le choix d'un format de données ouvert. Google souhaite en effet que les développeurs puissent tester le produit et développer des mashup qui s'intègreront sur la plate-forme avant même son lancement public. D'où la longueur de la standing ovation qui a suivi la présentation du produit, devant un parterre de développeurs médusés, puis enthousiastes par les capacités du produit.

Remplacer mail et messagerie instantanée


D'un point de vue conceptuel, les frères danois Lars et Jens Rasmussen, qui ont forgé l'outil, expliquent que Google Wave représente une évolution majeure de la communication via Internet. Selon eux, l'email a été construit sur l'idée du courrier papier, à qui il a succédé, tandis que la messagerie instantanée s'est inspirée des protocoles du téléphone. Google Wave, toujours selon ses pères, doit permettre de s'affranchir des racines physiques et historiques de la communication, et proposer un flux, une vague, dominée par l'instantanéité des messages.

Pour ce faire, Google entend décliner Google Wave sur trois plans, à savoir le produit en tant que tel, la plate-forme pour intégrer des services différents, et surtout un protocole de communication novateur, nommé Google Wave Federation Protocol. Ce protocole est une extension du format XMPP (eXtensible Messaging and Presence Protocol), qui permet des échanges décentralisés de messages entre les différents clients et les serveurs.

Repost 0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 10:28


Avis aux étudiants ISET

Plan d'Études des Licences Appliquées : Technologies de l'Informatique
L1 (S1 et S2) Tronc Commun
Semestre 3 : ARS / DSI / MDW / MSI / SEM
Parcours : Administration des Réseaux et Services (ARS)
Parcours : Développement des Systèmes d'Information (DSI)
Parcours : Multimédia et Développement Web (MDW)
Parcours : Maintenance des Systèmes Informatiques (MSI)
Parcours : Systèmes Embarqués et Mobiles (SEM)
Telecharger le Document Partie 1 - Partie 2 
(Version non officiel)

Format de Fichier : XPS   Version : 1.0

View and Generate XPS

Microsoft XPS Viewer

 

Download size: 2.8 MB*

Supported on:

  • Windows Vista (already installed by default)

  • Windows XP

  • Windows Server 2003

View XPS documents.
Integrated into Internet Explorer (version 6.0 or higher).
Supports Rights Management and Digital Signatures.
Includes Microsoft XPS Document Writer for XPS creation.

Microsoft XPS Essentials Pack

 

Download size: 7.2 - 9.0 MB**

Supported on:

  • Windows Vista

  • Windows XP

  • Windows Server 2003

View XPS documents.
Opens XPS documents in a stand-alone viewer application
Supports viewing of Rights Managed documents.
Includes Microsoft XPS Document Writer for XPS creation


* If you are installing Microsoft XPS Viewer (which requires Microsoft .NET Framework 3.0) on Windows XP or Windows Server 2003 and do not have previous versions of .NET Framework (1.1 and 2.0) installed, you will be asked to download them during the install process. (45 MB)

** Microsoft XPS Document Writer requires Microsoft Core XML Services 6.0 to be installed on your system. Download size 1.5 - 4.4 MB. For More information on the Microsoft Core XML Services 6.0, click here

Repost 0

Articles Récents

Liens