Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

18 avril 2005 1 18 /04 /avril /2005 23:00

Société du Savoir Alors qu’il ne tarit pas d’éloges sur les pas franchis par la Tunisie dans son ambition de se configurer en Société du Savoir, M. Bruno Lanvin, Conseiller de la Banque mondiale pour les questions de e-stratégies, estime que nous devrions porter une attention toute particulière à 3 éléments qui risquent de ralentir notre élan.C’est à la faveur du Symposium des Anciens de l’ENA, qui a ouvert ses travaux ce vendredi sous le Haut patronage du Chef de l’Etat à Hammamet, que M. Lanvin a présenté ses réflexions sur les leçons à tirer de l’expérience internationale en matière de e-stratégies et de e-gouvernement. Selon lui, notre pays est digne de respect en ce qu’il a décidé de s’engager sur le chemin des technologies de l’information et de la communication, rappelant que la mondialisation n’a pu progresser malgré les crises financières qui ont frappé diverses régions du monde à partir de 1997 que parce que la technologie en est devenue le moteur. La tendance se poursuit avec la hausse permanente du pourcentage de la population disposant d’un accès en ligne, du nombre de nœuds Internet par habitant et du nombre de serveurs sécurisés par habitant.

Le résultat, c’est qu’il n’est plus question de choix. Simplement, on est «in» ou on est «out». Et, quand on prend le parti d’être «in» comme la Tunisie, il faut se remettre constamment en question pour maintenir l’élan d’avancer. Prenant pour modèle la Knowledge Assesment Methodology de la Banque mondiale, M. Lanvin souligne qu’il existe 14 référentiels d’évaluation dans ce domaine de la Société du Savoir : taux de croissance, développement humain, enseignement, cadre réglementaire, nombre d’ordinateurs, lignes téléphoniques, internautes …

Parmi ces référentiels, la Tunisie devrait poser un regard nouveau sur 3 d’entre eux :

  • le nombre de brevets par million d’habitants
  • les barrières tarifaires et non tarifaires
  • l’innovation technologique.

Trois fragilités dont l’identification constitue déjà la moitié du chemin. La seconde moitié constitue une autre paire de manches. Car, si les obstacles commerciaux sont en train d’être levés progressivement par les pouvoirs publics conformément à nos engagements internationaux, les deux autres facteurs sont directement tributaires du brio de nos chercheurs et de nos universitaires. Alors, à vos laboratoires messieurs-dames ! Réseau « fédère » de la recherche 1-04-2005 Le Ministère de la Recherche Scientifique, de la Technologie et du Développement des Compétences se propose d'acquérir des équipements informatiques pour le Centre de Calcul de le Technopole de Borj-Cedria et des stations de calcul scientifique pour le réseau de la recherche scientifique AON n° 03/2005. Les équipements en question se composent de plusieurs lots, dont :- Un super calculateur et une unité de stockage- 5 stations de calcul monoprocesseur- 4 stations de calcul bi-processeurLa date limite de remise des offres est fixée au 14 avril 2005, sachant qu'il s'agit d'une relance d'un projet de 2004. Il faut noter que le Ministère RSTDC réalise un réseau ambitieux et ce , en connectant l'ensemble des structures de recherches, laboratoires et technopoles en un réseau fédéré. En outre le MRSTDC a réalisé plusieurs schémas directeurs en informatique, afin d'exprimer les besoins et de fixer un cadre de développement des systèmes d'informations des unités de recherches et laboratoires. Il faut noter que les TIC occupent une place de choix dans ce Ministère et que la stratégie adoptée, se met rapidement en place, malgré les freins administratifs, dues à la procédure qui oblige de fractionner et de diviser les besoins.

Repost 0
Published by webmanagercenter - dans Recherche Appliquée en Tunisie
commenter cet article
17 avril 2005 7 17 /04 /avril /2005 23:00

Fascicule de TP du cours « Bureautique »

Avis aux étudiants 21 21

Fascicule de TP   « Word »

 

Nom du fichier : Fascicule-Tp-Word-SOUSSI-Imed-2005.pdf

 

Type du fichier : Pdf

Taille du  fichier : 338 Ko

Contenu : TPs avec Microsoft Office System   2003 – Word

 

Les fichiers sources nécessaires pour les Tps Word

Nom du fichier : Tpword-fichiers-source.zip

Type du fichier : ZIp

Taille du  fichier : 112 Ko

Contenu : 5 fichiers Word 

 

 

Fascicule de TP du cours « Développement Web  statique»

Avis aux étudiants

Fascicule de TP   « Frontpage »

 

Nom du fichier :  Fascicule-TP-Frontpage-2003-SOUSSI-Imed.pdf

 

Type du fichier : Pdf

Taille du  fichier : 360 Ko

Contenu : TPs avec Microsoft Frontpage  2003  

 

Les fichiers sources nécessaires pour les Tps Word

Nom du fichier : TP1_FrontpageXP_SOUSSI_Imed_2005.zip

Type du fichier : ZIp

Taille du  fichier : 60 Ko

Contenu : Site web source - 38 fichiers (html, css, images gif et autres)

 

Les fichiers sources nécessaires pour les Tps Word

Nom du fichier :  TP2_FrontpageXP_SOUSSI_Imed_2005.zip

Type du fichier : ZIp

Taille du  fichier : 76 Ko

Contenu :  Site web source - 41 fichiers (html, css, images gif et autres)

Les logiciels nécessaires au bon déroulement des Tps:

Microsoft Office System   2003 – Word

Microsoft Office System   2003 – FrontPage

Logiciel de compression exemple WinZip ou WinRar

Logiciel de lecture de fichier PDF : Adobe Acrobat

 

Repost 0
17 avril 2005 7 17 /04 /avril /2005 23:00

 Tunisie : Plateforme d’expansion de Wanadoo au Maghreb

 

Depuis quelques jours, un mariage de raison unit Planet Tunisie et Wanadoo. Les deux nouveaux mariés ont tenu une conférence de presse à l’hôtel Acorpole aux Berges du Lac, le mardi 12 avril au cours de laquelle Planet Tunisie et Wanadoo ont explicité l’accord qui les lient (officiellement) depuis le 7 avril.

En effet, Planet est désormais le distributeur des services Wanadoo en Tunisie ; en contrepartie, Wanadoo apporte au fournisseur des services Internet tunisien son expertise dont la qualité n’est plus à démontrer, car Wanadoo est le 1er acteur d’Internet en Europe, avec plus de 4 millions de clients, 300.000 livebox placées, 150 millions de pages vues par jour, 1,1 million de clients enregistrés, 190.000 albums photos créées sur les sites Wanadoo, etc. M. Gérard Maupeou, directeur de la coordination internationale France Télécom – Services de communication Résidentiels (SCR), a affirmé que grâce à Planet, Wanadoo est désormais présent au Maghreb (Tunisie, Algérie et Maroc).

Selon le Directeur Général de Planet, M. Fethi Bhoury, «Le prix de la connexion Internet est encore élevé en Tunisie par rapport à l’Europe. Cette situation est principalement due au fait que 70% des Tunisiens visitent des sites étrangers». Pour que les prix s’approchent de ceux pratiqués en Europe, un fournisseur de services Internet doit avoir au minimum 200.000 clients. Ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui, puisque la Tunisie compte environ 780.000 internautes (Planet Tunisie compte aujourd’hui 16.000 abonnés).

http://www.wanadoo.tn/  - http://www.planet.tn/

Internet: Planet Tunisie commercialise ses produits sous l'enseigne Wanadoo

TUNIS, 12 avr (AFP) - - Planet, premier fournisseur Internet en Tunisie, a conclu un accord de partenariat avec France Telecom pour commercialiser ses produits sous la marque Wanadoo, filiale de l'opérateur français, a annoncé mardi à Tunis son directeur général, Fethi Bhoury.

Cet accord permettra à Planet d'offrir de nouveaux produits et de répondre aux besoins spécifiques des internautes tunisiens, a indiqué M. Bhouri au cours d'une conférence de presse conjointe avec le directeur de la coordination internationale à France Telecom, Gérard de Maupeou.

Un portail tunisien de l'opérateur français est déjà opérationnel et une campagne publicitaire a été lancée depuis plusieurs jours pour promouvoir la marque Wanadoo en Tunisie, a-t-il ajouté.

Interrogé sur les clauses financières de l'accord, M. de Maupeou a indiqué qu'il s'agissait d'un "partenariat commercial et technologique".

Déjà présente en Algérie et au Maroc, Wanadoo va "apporter son savoir faire en Tunisie et offrir ses solutions techniques et une nouvelle gamme de produits", liés essentiellement à l'Internet haut débit qui fait ses débuts dans ce pays, a-t-il ajouté.

Le directeur de la coordination internationale à France Telecom a démenti, d'autre part, une éventuelle "relation de cause à effet" entre l'accord signé avec Planet et l'ouverture prochaine du capital de l'opérateur public Tunisie-Telecom.

Le gouvernement tunisien est à la recherche d'un "partenaire stratégique" pour céder 35% du capital de Tunisie-Telecom.

Leader sur le marché européen de l'Internet haut débit, Wanadoo comptait le 31 décembre dernier plus de 9,4 millions de clients en Europe, dont 46% en haut débit.

Planet détient pour sa part en Tunisie 55% de parts de marché de l'internet bas débit et 45% sur le haut débit, avec un total de 16.000 abonnés.

 

Repost 0
11 avril 2005 1 11 /04 /avril /2005 23:00
La Tunisie se connecte au réseau de communication "Sea-Me-We 4" Le ministre tunisien des technologies de la communication, Montassar Ouaïli a donné mercredi, le coup d'envoi des travaux de connexion de la Tunisie au réseau international de communication sous-marin "Sea-Me-We 4" qui s'étend jusqu'au sud-est asiatique via l'Europe et le Proche- Orient. Il s'agit de la pose d'un câble sous-marin en fibres optiques qui s'étale de Bizerte, port situé à 60 km au nord de Tunis, à la ville italienne de Palerme, sur une longueur de 102 km, d'où il sera connecté au câble principal reliant la France, à partir de Marseille, à Singapour. Long de 18.500 km environ, ce câble doit relier 14 pays dont la Tunisie, l'Algérie, la France, l'Italie, l'Egypte, l'Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Pakistan, l'Inde, le Sri Lanka, le Bangladesh, la Malaisie, l'Indonésie et Singapour. A l'exception du tronçon terrestre situé entre les villes égyptiennes d'Alexandrie et du Caire, sur une distance de près de 400 km, les trois autres segments du câble passent sous la Mer Méditerranée, la Mer Rouge et l'Océan Indien. "Tunisie-Télécom" est l'un des seize opérateurs qui participent à ce projet grandiose qui, selon les prévisions, sera opérationnel en octobre 2005. L'opérateur public tunisien y contribue à hauteur de 30 millions de dollars américains, pour un coût global estimé à 600 MD US. "Sea-Me-We 4" fournira une capacité supplémentaire de connexion de l'ordre de 1,28 tbit par seconde, soit dix fois la capacité actuelle. Il assurera une meilleure qualité de services et la célérité des communications. En adhérant à ce projet, la Tunisie vise à renforcer la capacité de son réseau international de communication. Son objectif est de doubler la couverture téléphonique et la capacité de connexion au réseau Internet, en vue de l'étendre à toutes les régions du pays.
Repost 0
5 avril 2005 2 05 /04 /avril /2005 23:00

Avis aux étudiants

Fascicule de TP du cours « Multimédia et Internet », deuxième partie : Développement web

 

Nom du fichier :

Initiation-au-multimedia-FASCICULES-DE-TP-developpement-web-SOUSSI-Imed-2005.pdf

Type du fichier : Pdf

Taille du  fichier : 1692 Ko

Contenu : 4 TPs avec Macromedia Dreamweaver Mx  

 

Les fichiers sources nécessaires pour les Tps

Nom du fichier : GettingStartedMx2003v6.zip

Type du fichier : ZIp

Taille du  fichier : 446 Ko

Contenu : 166 fichiers 29 dossiers (htm, images .jpg, css, txt, asp, php, …)  

 

Repost 0
18 mars 2005 5 18 /03 /mars /2005 00:00

En quelques mois, il y a cent ans, un obscur ingénieur expert du Bureau des brevets de Berne jetait les bases d'une nouvelle physique qui n'a encore jamais été mise en défaut à ce jour.

Le 17 mars 1905, Albert Einstein adressait à l'éditeur de la très renommée revue allemande "Annalen der physik" le premier d'une série de six articles qu'il écrira cette année-là, dont quatre seront ultérieurement considérés comme les fondements de la physique moderne.

Dès ce premier article, qui sera publié le 9 juin, intitulé "Sur un point de vue heuristique concernant la production et la transformation de la lumière", Einstein introduit une révolution en donnant une interprétation quantique de l'effet photoélectrique.

Alors que, depuis un siècle, s'était imposée la théorie ondulatoire de la lumière, Einstein avance l'idée que l'énergie a une structure granulaire, quantifiée: elle s'exprime par "paquets" (quanta) et les ondes elles-mêmes sont quantifiées. Autrement dit, la lumière est à la fois ondes et particules, ce qui, aujourd'hui encore, continue de défier le sens commun.

Ce n'est qu'au début des années 1920 que cette idée sera admise par la communauté des physiciens et qu'Einstein recevra le prix Nobel de physique (1921) "pour ses contributions à la physique théorique".

Rédigé un mois plus tard, le deuxième article, qui porte le titre "Une nouvelle détermination des dimensions moléculaires", porte sur le dénombrement des atomes ou des molécules dans un volume donné.

Le troisième, reçu par la revue le 11 mai, est consacré à une manifestation macroscopique de l'existence des atomes, le mouvement brownien: "Sur le mouvement des particules en suspension dans les fluides au repos requis par la théorie cinétique moléculaire de la chaleur". Einstein complétera cet article par un second, qu'il adressera à son éditeur en décembre et qui sera publié en 1906.

De loin le plus connu, le quatrième article, "Sur l'électrodynamique des corps en mouvement", qui parvient aux "Annales de physique" le 30 juin, est considéré comme le texte fondateur de la relativité, appelée plus tard "relativité restreinte". Einstein y remet en cause les principes fondateurs de la physique en se fondant sur deux postulats qui entrent en conflit avec la mécanique classique : celui de la relativité, énoncé deux siècles plus tôt par Galilée, selon lequel "le mouvement (rectiligne et uniforme) est comme rien", et celui de la constance de la vitesse de la lumière.

Le 27 septembre, enfin, la revue reçoit un cinquième article intitulé "L'inertie d'un corps dépend-elle de son contenu en énergie ?", dans lequel Einstein montre l'équivalence entre masse et énergie : si un corps libère une quantité d'énergie E sous forme de lumière, sa masse m diminue d'une quantité E/c2 (E divisée par le carré de la vitesse de la lumière). E = mc2 : celle qui allait devenir la plus célèbre formule de physique est née.

Avec sa notion de quanta d'énergie, Einstein apportait le fondement de la mécanique quantique. Dans son article sur le mouvement brownien, il apportait la preuve de l'existence des atomes et la possibilité de les compter. Avec sa théorie de la relativité restreinte, il fondait la notion d'espace-temps.

Au cours des dix années suivantes, Einstein, au prix d'un labeur acharné et l'aide d'un de ses amis mathématiciens, Marcel Grossmann généralisera cette théorie, pour en faire une théorie relativiste de la gravitation, la relativité générale, base de la cosmologie scientifique.
Repost 0
Published by Imed SOUSSI - dans SOUSSI Imed
commenter cet article
15 mars 2005 2 15 /03 /mars /2005 00:00
De nombreux outils en ligne permettent de se faire une idée précise de la qualité de sa connexion Internet à un instant donné, et il est intéressant de pouvoir réaliser ces tests quand la connexion semble soudain ralentie : cela permet de contacter son fournissseur d'accès Internet avec davantage de crédibilité et d'assurance, plutôt que se contenter d'un modeste "Allô ? Mon Internet est lent !". Quelques conseils Les scripts de test étant différents d'un site à l'autre, il est conseillé de réaliser ces tests les uns après les autres et d'établir une moyenne afin de gagner en précision. Il est impératif, pour ne pas fausser le résultat, de fermer tous les programmes susceptibles de générer du trafic (tant en téléchargement "descendant" -download- qu'en téléchargement "remontant" -upload) : ainsi, en premier lieu, les logiciels de partage de fichiers, mais aussi les optimiseurs de téléchargement. Les messageries instantanées, quant à elles, ne génèrent pas suffisamment de trafic pour perturber le résultat. Quelques explications pour comprendre le résultat Mo/s, ou Mo, signifie Mega-octets par seconde (terminologie en français). Mbit/s, ou Mb signifie Megabits par seconde (terminologie en anglais). Le bit (contraction de binary digit) est le plus petit élément de mesure possible en informatique, un bit vaut 0 ou 1. Il faut 1024 bits pour faire un kilobit et 1024 kilobits pour faire un megabit : une offre ADSL "2 Mb" vaut donc 2048 kilobits (Kb), soit 256 kilo-octets (Ko, voir ci-dessous). L'octet est composé de huit bits, et c'est la raison pour laquelle il faut savoir diviser par huit quand on souscrit à une offre ADSL ou quand on teste sa connexion Internet. Pour résumer, quand le résultat est en Ko (kilo-octets) ou en Mo, multipliez par huit pour comparer avec une offre commerciale vous ayant été proposée en Mb ou en Kb. Pour reprendre l'exemple ci-dessus, une connexion "2 Mb" permet (au mieux) le téléchargement d'un fichier à raison de 256 kilo-octets par seconde, et il faudra donc environ 4 secondes pour télécharger une image grand format de 1 méga-octet. Les testeurs 60 Millions L'Internaute Neuf Telecom SDV Plurimédia ZDNet Zebulon
Repost 0
14 mars 2005 1 14 /03 /mars /2005 00:00

Ckoiketufé ? Doukipudonktenkeça ? Vous avez du mal avec le parler SMS ? Vous aimeriez bien rester en contact linguistique avec les "djeun's" ? Le Traducteur Français-SMS est fait pour vous !

Développé par le Centre de traitement automatique du langage de l'Université Catholique de Louvain (Belgique), le Traducteur Français-SMS vous permet de savoir que "Que fais-tu ce soir ?" s'écrit "q fé-ti se soar ?" en langage djeun's. Ou encore que pour organiser sa soirée ciné, il faut savoir écrire "ques se qil y a o sinéma ?".

Mais comment ça marche ? Bonne question dont voici la réponse s'il faut croire les créateurs du site : "1. On applique un dictionnaire construit à partir du corpus de SMS, afin de remplacer certains mots par une de leurs traductions SMS attestée dans des messages réels. Ce sont les mots qui apparaissent en rouge dans le texte traduit.

2. Un programme applique des règles de réécriture inspirées de phénomènes trouvés dans le corpus, comme par exemple réécrire le son "oi" en "wa". Les séquences modifiées apparaissent en bleu.

3. Les réécritures issues du dictionnaire sont appliquées aléatoirement. Le paramètre "Degré de compression" correspond au taux d'application des autres règles de réécriture.

4. Bien que les traductions soient en moyenne plus courtes que les textes originaux, toutes les règles sont appliquées sans se soucier de la longueur des séquences produites." C'est aussi simple que ça !

Voilà en tout cas un guide qui va peut-être aider à réduire la fracture générationnelle... "Pas tn bac dabord !"

Pour voir le site : cliquez ici

Repost 0
Published by Imed SOUSSI - dans SOUSSI Imed
commenter cet article
12 mars 2005 6 12 /03 /mars /2005 00:00

En matière d'avancement des technologies de l'information et de la communication, la France occupe la 20e place mondiale. C'est ce que révèle l'étude "Global Information Technology Report", réalisée par le Forum économique mondial en partenariat avec l'école de management Insead.

Ce classement, établi depuis 4 ans, mesure «le développement et l'utilisation des technologies de l'information et de la communication» de 104 pays. Le taux et la rapidité de leur adoption par les entreprises, les particuliers et les administrations comptent parmi les critères d'évaluation.

Singapour accapare la première place pour l'année 2004, damant le pion aux États-Unis, relégués en 5e position après 3 années sur la plus haute marche du podium. L'Europe du Nord est représentée dans le peloton de tête avec la seconde place de l'Islande, suivie de la Finlande et du Danemark. la Tunisie est  classée 31ème sur 104 pays.

1 Singapore 1.73

2 Iceland 1.66

3 Finland 1.62

4 Denmark 1.60

5 United States 1.58

6 Sweden 1.53

7 Hong Kong 1.39

8 Japan 1.35

9 Switzerland 1.30

10 Canada 1.27

11 Australia 1.23

12 United Kingdom 1.21

13 Norway 1.19

14 Germany 1.16

15 Taiwan 1.12

16 Netherlands 1.08

17 Luxembourg 1.04

18 Israel 1.02

19 Austria 1.01

20 France 0.96

21 New Zealand 0.95

22 Ireland 0.89

23 United Arab Emirates 0.84

24 Korea 0.81

25 Estonia 0.80

26 Belgium 0.74

27 Malaysia 0.69

28 Malta 0.50

29 Spain 0.43

30 Portugal 0.39

31 Tunisia 0.39

32 Slovenia 0.37

33 Bahrain 0.37

34 South Africa 0.33

35 Chile 0.29

36 Thailand 0.27

37 Cyprus 0.25

38 Hungary 0.24

39 India 0.23

40 Czech Republic 0.21

Repost 0
Published by Imed SOUSSI - dans SOUSSI Imed
commenter cet article
12 mars 2005 6 12 /03 /mars /2005 00:00
Une maison entièrement numérique où tout répond, sinon au doigt et à l'oeil, du moins à un seul appareil: ce rêve commence à prendre forme, même si pour le commun des mortels il ne le concrétisera probablement pas de sitôt.

Bienvenue dans la "maison du futur", installée cette semaine au salon high-tech CeBIT de Hanovre (nord) par Deutsche Telekom et plusieurs partenaires.

Dès l'entrée, un système vidéo accueille le visiteur. Si la demeure est vide, il peut enregistrer un message vidéo. Il sera visionné à l'intérieur sur un écran relais, que les membres de la famille utilisent encore pour se laisser eux-aussi des messages, vidéo ou simple note écrite avec le doigt sur l'écran.

Un badge et une liaison à infrarouges permettent d'être suivi d'une pièce à l'autre par sa musique préférée.

Dans le salon, un gros dé commande, selon la face où il est posé, des changements d'ambiance, musique ou couleur de l'éclairage.

Dans la cuisine, les appareils électroménagers sont intelligents. Le lave-vaisselle prévient qu'il est mal fermé, le réfrigérateur que la température est trop élevée, le four que le gâteau est cuit.

Cela fonctionne à l'intérieur avec un ordinateur, mais aussi de l'extérieur, via internet, sur le PC du bureau ou le téléphone portable qui pourront aussi servir pour des ordres à distance: éteindre la lumière en cas d'oubli, démarrer le four...

Le secret: "beaucoup de technologie sans fil, et une série de câbles, cachés dans les murs par exemple", explique Hans-Martin Lichtenthaeller, porte-parole de Deutsche Telekom.

C'est peut-être le défaut du concept. L'idéal est d'intégrer les câbles dès la construction.

Eventuellellement, la liaison peut se faire par le réseau électrique, par exemple "dans les maisons anciennes qu'il n'est pas possible de câbler entièrement", assure Juergen Koschmann de T-Systems, filiale de services informatiques de Deutsche Telekom.

Certains produits sont déjà disponibles, comme l'électroménager conçu par Siemens, d'autres promis dans le courant de l'année, tel le système de l'entrée, qui devait rester sous mille euros, promet Deutsche Telekom.

Car le coût est un autre obstacle.

"C'est possible, la question est de savoir si les gens sont prêts à dépenser 10% à 20% en plus quand ils construisent une maison, et s'ils en ont l'utilité", relève Hans-Martin Lichtenthaeller.

L'électroménager dans la cuisine reste ainsi du haut-de-gamme. Le four coûte à lui seul 2.200 euros. Il faut encore une interface, environ 100 €, et une unité de commande, de 150 € pour un petit boîtier branché sur une prise électrique à presque 1.000 pour un PC-tablette, détaille Harald Pfersch, technicien chez Siemens.

Les appareils, en vente depuis un an, trouvent des clients, mais "assez peu", concède-t-il, évoquant "des gens qui se sentent initiateurs de tendance".

Les fabricants, alléchés par un marché potentiellement énorme, communiquent depuis des années sur la maison connectée, apogée de la convergence entre téléphonie, informatique et électronique grand public.

Mais en pratique, l'offre accessible au grand public n'est pas toujours convaincante.

Même si la télécommande se généralise, les attributs classiques de l'ordinateur, clavier, unité centrale ou souris, restent souvent inévitables.

Des produits présentés au CeBIT laissent toutefois espérer.

Les ordinateurs rétrécissent, ou tentent de se fondre dans le décor.

La société américaine Cherry présente par exemple des claviers et souris en imitation bois ou léopard. Et le suédois Swedx une série d'écrans, enceintes, claviers, souris et unités centrales où le plastique est remplacé partout par du bois véritable.

Repost 0

Articles Récents

Liens