Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 16:14
240 entreprises ont utilisé la plateforme de la Poste en 2006

Huit ans après avoir entamé sa migration vers les technologies de l’information et de la communication, la Poste tunisienne est devenue l’un des acteurs les plus importants  du commerce électronique en Tunisie. Elle l’est devenue grâce, notamment, à la plateforme qu’elle a mise en place et que 180 entreprises ont utilisé (paiement électronique, distribution et centre d’appels) en 2006, générant un chiffre d’affaires de plus de 14,8 millions de dinars.

La stratégie visant à faire entrer la Poste tunisienne dans l’ère des TIC repose sur trois piliers : la confiance –grâce à la e-certification-, le développement des services postaux –c’est-à-dire d’une logistique au service du commerce électronique- et celui des services financiers. http://www.e-dinar.poste.tn/new/ 

 http://www.postelearning.poste.tn/fr/index.htm 

Repost 0
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 16:36

Les ventes en ligne des sites marchands français devraient atteindre 16,8 milliards d'euros en 2007, après un bond de 40% du chiffre d'affaires au premier trimestre, a annoncé jeudi la Fevad (Fédération de vente à distance).

Au total, les ventes sur internet réalisées par l'ensemble des sites marchands français ont atteint 4 milliards d'euros lors des trois premiers mois de l'année.

"Après le boom de la fin de l'année, la croissance du e-commerce continue de plus belle et a profité à tous les secteurs (high-tech, e-tourisme, ventes entre particuliers et vente aux professionnels..)", a commenté Marc Lolivier, délégué général de la Fevad, lors d'une conférence de presse.

Le montant moyen d'une transaction s'affiche en progression sur un an à 91 euros au premier trimestre contre 87 euros il y a 12 mois.

Selon une étude de l'institut GFK, portant sur la vente de produits high-tech et culturels en ligne, il s'est vendu en 2006 sur internet 32 millions de biens culturels (livres, DVD, CD, audio, jeux), pour un chiffre d'affaires estimé à 362 millions d'euros.

Ce sont les coffrets Mozart et Bach qui raflent le titre de meilleures ventes (en valeur) sur internet, loin devant les best-sellers du marché "réel" que sont le jeu vidéo de football PES 6 ou le DVD Harry Potter.

Les ventes en ligne des sites marchands français devraient atteindre 16,8 milliards d'euros en 2007

Si les produits high-tech (photo, informatique, électronique) se sont toujours taillés la part du lion sur les sites marchands, avec un chiffre d'affaires 2006 estimé à 1,4 milliard d'euros, l'électroménager et les télécoms prennent désormais des parts de marché significatives, selon cette étude dévoilée jeudi.

Les sites marchands dans leur ensemble ont attiré près de 18 millions de cyber-acheteurs, avec une montée en puissance du nombre d'étudiants et de retraités, qui comblent ainsi leur retard, selon une étude Médiamétrie pour la Fevad.

Il y a un an, 15,1 millions de personnes faisaient leurs courses sur internet, soit une progression de 19% sur un an.

"C'est un nouveau record, après un dernier trimestre particulièrement bon", a relevé Benoît Cassaigne, directeur du département internet de Médiamétrie. "Le marché de l'achat en ligne croît plus rapidement que le marché de l'internet global", a-t-il ajouté.

Les internautes de plus de 35 ans restent majoritaires mais les étudiants et les retraités comblent leur retard et deviennent de plus en plus adeptes des courses sur internet. Ils sont respectivement 47% et 49% de plus qu’il y a un an à avoir acheté en ligne.

La Fevad fédère plus de 360 entreprises (catalogue, internet, téléphone) et près de 600 sites internet. Elle regroupe notamment 14 des 15 sites de e-commerce français les plus visités.

Repost 0
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 16:32
Tendance à la hausse, et toujours 40% de "casse"

Les transactions augmentent, mais deux tiers d’entre elles sont toujours refusées.  

Comme un récent conseil ministériel en a fait le constat, la Tunisie est encore en retard en matière de commerce électronique. Certes, notre pays fait des progrès, ainsi que les chiffres –révélés lors d’un séminaire organisé jeudi 10 mai par l’AISEC- en attestent.  


D’ailleurs, en 2006 le nombre des transactions a fait un grand bond en avant, passant à 63.700, contre seulement 7.658 en 2005, soit une progression de plus de 800%. Et la tendance à la hausse semble se poursuivre en 2007, puisqu’on a enregistré 18.385 au cours du premier trimestre de l’année en cours.  

Le chiffre d’affaires réalisé a, lui aussi, sensiblement augmenté, de 1,09 million de dinars en 2005 à 19,9 millions de dinars en 2006.  

Néanmoins, le nombre de transactions refusées reste élevé, représentant un peu de 40% du total (4.381 en 2005 et 38.007 en 2006).

Repost 0
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 13:35
 
Pourquoi nous sommes en retard ?
 

Le commerce électronique reste peu développé en Tunisie, pour ne pas dire marginal et insignifiant car en 2006, sur un ensemble de 4.566 sites web en ligne, seule 250 offrent la possibilité d’acheter en ligne.


Les transactions électroniques internes ont totalisé 14.190 MD, soit un volume insignifiant, même s’il a été multiplié par 7 par rapport à 2005, où l’on était à 0,748 MD.

Cette évolution est due aux inscriptions universitaires à distance, qui ont été obligatoires pour les 400.000 étudiants dès la rentrée 2006-2007.

La situation marginale du commerce électronique a plusieurs causes, dont la faible bancarisation des jeunes, surtout élèves et étudiants -les cartes bancaires pour jeunes à partir de 13 ans, n’ont été lancées en Tunisie que récemment, et la plupart des cartes sont des cartes de retrait plutôt que de paiement-, le nombre très réduit de cartes bancaires internationales permettant d’acheter en devises (la nouvelle carte de voyage, permettant de disposer à l’étranger de l’allocation touristique, soit l’équivalent de 4.000 DT, permet d’acheter sur le marché international via le web), le nombre très réduit de sites marchands en Tunisie et l’absence de promotion de ces sites, et des avantages qu’ils offrent. Car, l’achat sur Internet n’est intéressant que s’il offre un avantage au niveau du prix, concerne un produit/service rareté, ou offre un l’avantage de la proximité.

On peut prendre comme exemple le match Tunisie/Maroc qualificatif pour la Coupe du monde 2006 où la demande avait dépassé l’offre, ce qui avait fait exploser les ventes par Internet.

La Tunisie cherche à parachever le cadre juridique pour favoriser ce genre de commerce.

En outre, le projet de création d’un réseau de services à valeur ajoutée Tunicommerce, pour relier tous les industriels adhérents au système de code à barres aux grandes surfaces, va permettra de maîtriser les circuits de distribution.

Par ailleurs, l’Ecole supérieure de commerce électronique va mettre en ligne un portail de commerce électronique, comportant un guide du promoteur d’un projet de commerce électronique et un guide législatif.

Un programme de dynamisation des transactions commerciales dans les entreprises publiques a concerné 40 entreprises, parmi elle, l’ATTT (Agence Technique de Transport Terrestre) qui a mis en place un portail permettant de s’inscrire pour les examens de permis de conduire.

De même, le CEPEX a créé en son sein une unité chargée du commerce électronique.

Toutefois, ce qui est curieux en Tunisie, c’est que le commerce électronique demeure en retard dans le secteur touristique et celui de l’artisanat, car peu d’hôtels disposent d’un site web, à l’exception des grandes enseignes. De plus, les portails existants ne sont pas toujours pratiques, attractifs et bien fournis en produits.

16% des réservations hôtelières, effectuées en Europe sur la Tunisie, l’ont été par le biais d’Internet, ce qui signifie que la marge de progression reste importante et le potentiel réel.

Dans les moteurs de recherche, en lançant des mots clés comme ‘’Tunisie’’, ‘’couscous’’, ‘’Carthage’’, ‘’Hannibal’, on remarque la rareté, pour ne pas dire l’absence, des sites hébergés ou développés en Tunisie.

Repost 0

Articles Récents

Liens