Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 00:11

Chute de la fécondité, urbanisation croissante : comme dans d'autres pays du monde, ces tendances, au cours des trente dernières années, ont été très actives dans les pays du Maghreb. Plus étonnant : comme le souligne une étude publiée, mardi 22 septembre, par l'Institut national d'études démographiques (INED), elles ont donné lieu à une évolution à peu près similaire en Algérie (35 millions d'habitants en 2008), au Maroc (31 millions) et en Tunisie (10 millions). Un constat à première vue paradoxal, puisque ces trois pays n'en sont pas au même stade de développement économique.

Entre les années 1980 et les années 2000, le taux annuel d'accroissement démographique a reculé de 1,7 % en Algérie, 1,5 % au Maroc et 1,4 % en Tunisie. Dans le même temps, la proportion de la population vivant en ville a crû de 15 % en Algérie, 10 % au Maroc et 11 % en Tunisie. Une homogénéité des comportements démographiques qui cohabite avec de fortes disparités socio-économiques.

En 2007, le revenu national par habitant était ainsi de 5 200 euros en Algérie, 4 859 euros en Tunisie et seulement 2 756 euros au Maroc. De même, l'amélioration de la scolarisation a moins bénéficié aux Marocaines qu'aux Algériennes et, surtout, qu'aux Tunisiennes : pour dix femmes nées autour de 1980, 9 savent actuellement lire et écrire en Tunisie, 8 en Algérie, mais seulement 5,5 au Maroc.

Convergences démographiques, contrastes socio-économiques : "Cette situation est à souligner, car le niveau de vie et le niveau d'instruction sont des déterminants classiques de l'évolution démographique", notent les chercheurs de l'INED. En collaboration avec l'université Cadi Ayyad de Marrakech, ils ont effectué, au Maroc, des analyses plus fines.

Deux enfants par femme

D'une part entre villes et campagnes, où les disparités socio-économiques sont plus accentuées encore qu'entre les différents pays du Maghreb. D'autre part, entre deux quartiers de Marrakech présentant d'importants contrastes dans leur composition sociale comme dans leurs équipements : la médina et le quartier moderne et plus aisé du Guéliz, où il y a 2,5 fois plus de bacheliers et 3,5 fois plus de logements avec bain ou douche.

Qu'elles soient menées au niveau national, régional ou local, toutes ces comparaisons ont abouti au même constat : "Alors que le taux de fécondité était considéré, dans les années 1950-1960, comme le meilleur indicateur pour faire le partage entre les pays riches et les pays pauvres, on observe désormais une déconnexion croissante entre comportements démographiques et conditions de vie des sociétés", résume Patrick Festy, chercheur à l'INED et cosignataire de ces travaux.

Une évolution d'autant plus significative qu'elle ne concerne pas le seul Maghreb. Que ce soit au Vietnam ou en Azerbaïdjan (deux pays où le revenu annuel par habitant est de l'ordre de 3 000 dollars), aux Etats-Unis ou en Norvège (où il est en moyenne de 40 000 dollars), la fécondité avoisine aujourd'hui le seuil symbolique de deux enfants par femme

Partager cet article

Repost 0
Published by SOUSSI Imed - dans SOUSSI Imed
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens