Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 13:00

SharePoint 2010 apporte son lot de nouveautés. La partie ECM (Entreprise Content Management) n’est pas en reste.

Ce pan fonctionnel, disponible dans sa version SharePoint Server 2010, est un des éléments de la rosace SharePoint à avoir connu le plus d’améliorations. Cet article vous en présente les principaux atouts.

 

Une gestion documentaire organisée et structurée


Les ensembles de documents

L’ensemble de documents, ou « documents set » en anglais, est une sorte de dossier sur-vitaminé. En effet, il propose :

• Une page d’accueil personnalisable affichant les documents et propriétés partagées,
• de spécifier quels sont les types de documents qui peuvent y être ajoutés,
• de contenir à sa création un certain nombre de documents prédéfinis,
• et surtout de voir tous les documents présents comme une seule unité logique dont on peut capturer une version globale et exécuter des workflows.

Ainsi, dans les cas tels que des réponses à appel d’offre, des contrats ou documents de vente, la gestion de ces fichiers devient plus facile et plus claire.

Taxonomie et mots-clés

Derrière ces deux termes un peu barbares se cachent deux concepts de marquage de documents :

• la taxonomie permet de classifier vos documents selon une hiérarchie préétablie, comme un arbre de compétences, des secteurs d’industrie ou encore des zones géographiques,
• les mots-clés (aussi appelés « folksonomie ») consiste à associer des mots-clés à du contenu d’une manière plus souple sans hiérarchie spécifique.

Vous pourrez indépendamment utiliser l’un ou l’autre, voire les deux conjointement, afin d’enrichir vos contenus et créer des plans de classement. C’est au nouveau service de métadonnées gérées que l’on doit ces mécanismes, ce service pouvant être partagé par plusieurs collections de site et applications web pour assurer la cohérence de vos données.

 
Métadonnées et organisateur


Pour pouvoir naviguer plus logiquement et plus efficacement dans vos bibliothèques SharePoint, notamment avec l’utilisation de la taxonomie, vous pourrez activer cette fonctionnalité pour afficher vos documents par type de contenu, catégorie mot-clé, ...

L’organisateur de contenu

Il arrive que l’on se sente parfois un peu perdu lorsque vient le moment de trouver le meilleur endroit pour déposer son document. L’organisateur de contenu est là pour vous aider : vos fichiers seront routés grâce aux règles que vous établirez en quelques clics, redirigeant les documents dans un sous-répertoire ou dans une autre bibliothèque en vous basant sur ses métadonnées, le nombre d’éléments du répertoire courant ou la date de dernière modification.

Les types de contenu d’entreprise

Une des restrictions des types de contenu proposés dans la version précédente était qu’ils n’étaient disponibles que pour la collection de sites courante, sauf à passer par la case développement. SharePoint 2010 offre désormais la possibilité de recopier un certain nombre de types de contenu d’une collection source vers d’autres collections « consommatrices », homogénéisant par là même la structure du contenu de vos sites.

Repost 0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 22:45

Microsoft a des plans bien précis pour ajouter Office Web Apps à sa suite hébergée Business Productivity Online Standard Suite (BPOS), mais ne fournit pas de calendrier précis quant à son intégration.

 

Sans ces applications, BPOS reste à la traîne derrière ses autres concurrents, notamment les Google Apps qui offrent par défaut des applications de productivité bureautique avec la suite collaborative et d'échange cloud. « Nous allons certainement davantage parler des Office Web Apps comme élément de la suite BPOS et des futures fonctionnalités que cela apporte », a déclaré Betsy Webb, directeur général de la division Microsoft Online Services.

Les Office Web Apps donnent accès à des versions hébergées  de Word, Excel, Powerpoint et OneNote, relativement similaire à la suite connue sur PC. Considérés comme des « compagnons en ligne » par la firme de Redmond, ces services sont conçus pour permettre aux utilisateurs « d'accéder, d'afficher et de modifier » des documents via un navigateur web. À l'heure actuelle, Office Web Apps est disponible gratuitement pour les particuliers dans le cadre des services en ligne Windows Live. Elles sont aussi livrées avec la suite gratuite de communication et de collaboration Live@edu réservée à l'éducation. Les Office Web Apps, recensant environ 20 millions d'utilisateurs, sont également accessibles aux entreprises qui disposent des versions desktop d'Office ou de SharePoint 2010.

Toujours selon Betsy Webb, l'absence des Office Web Apps au sein de BPOS n'a pas eu de conséquence quant à l'adoption de la suite par les entreprises, qui inclut Exchange Online, Office SharePoint Online et Microsoft Office Live Meeting. « Le nombre de postes BPOS a plus que triplé depuis le début de l'année 2010, » a-t-elle affirmé, sans dire précisément combien de licences avaient été vendues au total. « Il y a 40 millions de postes Microsoft Online Services payés, et le BPOS en fait partie, » souligne-t-elle. La firme de Redmond a mis en avant ses gros clients convaincus par le BPOS, dont Volvo (18 000 utilisateurs), Du Pont (58 000 utilisateurs), l'Australie Spotless Group, Sunoco et Godiva.

Les analystes sous le charme


« Microsoft a créé une bonne dynamique pour favoriser l'adoption de son BPOS, mais il est loin d'être le seul, » a reconnu Michael Osterman, analyste chez Osterman Research. « De toute évidence Microsoft réussit très bien avec BPOS. L'entreprise a gagné une impressionnante clientèle et semble poursuivre dans son élan sur le secteur professionnel - gouvernement compris - et dans l'éducation, » a t-il ajouté. «Cela dit, Google gagne aussi du terrain avec ses Apps, LotusLive se porte bien, et Cisco devrait assez bien s'en tirer avec WebEx Mail quand il sera disponible», a t-il déclaré. « L'utilisation d'applications en mode Software-as-a-Service (SaaS) pour les échanges et la collaboration en environnement de travail est une friche en plein développement, et on peut s'attendre à une croissance exponentielle de ces services dans les prochaines années, même si la plupart des déploiements continuent à se faire sur site, » a-t-il expliqué. Pour Rebecca Wettemann, analyste chez Nucleus Research, « l'avantage de Microsoft, repose sur la popularité de ses interfaces et de ses outils logiciels, déjà présents dans de nombreuses entreprises, sans compter les passerelles existantes entre son Cloud et les logiciels sur site, » a-t-elle estimé. « Je pense que les entreprises qui cherchent à passer à un environnement collaboratif plus efficace considèreront l'offre mixte de Microsoft comme un vecteur de croissance, en raison aussi de son expérience dans les services collaboratifs en milieu professionnel, » a-t-elle ajouté.

Matthew Cain, analyste chez Gartner, fait remarquer que « le marketing de Microsoft a été particulièrement agressif pour vanter son BPOS, le faisant notamment adopter au moment du renouvellement de nombreux contrats d'entreprise». Il ajoute que « l'éditeur a profité de la forte demande en services cloud pour imposer son BPOS, ». « L'inconvénient, c'est que le BPOS est toujours basé sur la famille de produits 2007, » précise-t-il, ajoutant que Gartner s'attend à une mise à jour du BPOS vers les versions 2010 au début de 2011.

Microsoft a également rendu public le nom de nouveaux clients pour Live@edu, dont plusieurs écoles du California State University, l'Université du Montana, la Northern Kentucky University, le Collège of DuPage, la Washington University de St. Louis et l'Université d'Aston au Royaume-Uni. Au total, plus de 10 000 institutions scolaires et plus de 11 millions d'utilisateurs finaux ont accès à Live@edu, qui inclut Office Web Apps, Windows Live SkyDrive et Outlook Live.

Repost 0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 17:40

Disponible pour la première fois, et simultanément, en client lourd, en version Web allégée, et sur mobile, Office 2010 devrait bénéficier des projets de rénovation du poste de travail Windows en entreprise. Un point noir cependant : la non-conformité avec la norme « Strict » du standard OOXML.

C'est aujourd'hui 12 mai que Microsoft débute la mise à disposition, pour les entreprises, des versions RTM de la suite Office 2010 et de SharePoint 2010, sa plate-forme collaborative. Pour mémoire, la précédente édition d'Office avait été lancée fin 2006, avec un fort accent mis sur l'interface.

Avec Office 2010, Microsoft conserve l'interface en ruban, mais insiste sur les fonctionnalités et les usages, mettant notamment en oeuvre sa stratégie des trois écrans. La suite bureautique sera ainsi proposée à la fois en ligne via le navigateur (Office Web Apps),  en client lourd sur le poste et en version pour mobile (compatible Windows Phone 6.5 et 7 et Nokia Symbian).

Office 2010 : un licence client lourd qui offre l'accès à un client Web

« Office 2010 marque un tournant stratégique pour Microsoft et Office. Pour les utilisateurs des versions 2003 et 2007, la migration se traduit par le support de tous les nouveaux usages provenant de la mobilité et du Web. Le but avec Office 2010 est de couvrir les nouveaux usages, tout en conservant une expérience, un format de document et un rendu graphique identiques » assure Jean-Christophe Pitié, directeur de la division Office chez Microsoft France.

Microsoft met également en avant la dimension collaborative intégrée à Office 2010 par le biais de SharePoint. Exemples : possibilité de travailler à plusieurs en temps réel sur un même document (avec toutefois un verrouillage au niveau du paragraphe dans Word et de la cellule dans Excel) , la prise en charge des réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn et depuis le 12 mai, Viadeo) et leur intégration dans Outlook (Outlook Social Connector), etc.

Troisième pilier sur lequel insiste la firme de Redmond pour promouvoir Office 2010 : le Cloud. Avec Office Web Apps, Microsoft propose en effet désormais aux entreprises (et aux particuliers via Windows Live) de disposer d'une version en ligne, mais allégée, des outils Office (Word, Excel, PowerPoint et OneNote).

Microsoft a priori peu enclin à concurrencer Office avec une version SaaS

Cependant Microsoft n'est pas allé jusqu'à basculer pleinement sur le SaaS puisque l'accès à Office Web Apps n'est que complémentaire et requiert pour les entreprises de souscrire une licence. Pour une licence Office 2010, l'utilisateur dispose ainsi d'un client lourd et du client en ligne.

Si Exchange, Sharepoint, Office Communications et Live Meeting (et bientôt Dynamics CRM) sont eux proposés sous forme d'abonnement via la plate-forme BPOS, aucun projet concret de porter Office dans le Cloud n'a pour l'heure été dévoilé.

« Nous regardons cela très activement... Nous y travaillons » déclare évasivement Jean-Christophe Pitié. Pas sûr toutefois que l'éditeur envisage réellement de proposer Office en abonnement sous forme d'un service SaaS. Office Web Apps était une réponse aux Google Apps et à sa bureautique en ligne. Y aura-t-il une prochaine étape ? Rien n'est moins sûr.

« Tous les utilisateurs n'ont pas les mêmes usages. Chacun utilise peut-être 10 à 15% des fonctionnalités, mais ce n'est jamais les mêmes d'un utilisateur à un autre. Avec Office 2010, nous souhaitions offrir une large couverture de ces usages très divers. Le passage sur Google Apps au sein de Jaguar est un désastre. On le constate aux témoignages des utilisateurs sur les forums. Ils se plaignent parce que les outils ne correspondent pas à la richesse des usages. C'est pour répondre à cette diversité que nous apportons le Web et le mobile » argumente Jean-Christophe Pitié.

Les projets de bureau Windows 7 devraient bénéficier à Office 2010

En présentant le service de son concurrent (et plus largement ce type d'outils de productivité en mode SaaS) comme peu à même de couvrir les besoins des utilisateurs en entreprise (les retours de clients interrogés par ZDNet.fr tendraient à affirmer le contraire), Microsoft semble exprimer sa faible motivation à offrir un Office Web qui constituerait une alternative (et non un complément) à son client lourd.

Néanmoins, bien que Microsoft ne dispose pas encore de cette corde à son arc, il peut compter sur une forte adoption d'Office 2010 en entreprise. Adoption qui tiendra en grande partie au calendrier. Nombre d'entreprises, demeurées sur Windows XP, doivent en effet renouveler leur parc de PC. Le nouveau bureau s'appuie ainsi souvent sur un master à base de Windows 7, Office 2010 et IE8 (comme chez Sanofi-Aventis).

Autre élément favorable à Microsoft : la consumérisation de l'informatique. Les salariés découvrent souvent dans leur foyer des logiciels avant leur intégration en entreprise, ce qui n'était pas forcément le cas il y a quelques années. Ainsi, les évolutions sur le poste de travail en entreprise sont moins perturbatrices pour les utilisateurs. L'informatique personnelle est clairement un moyen d'influer sur l'informatique professionnelle.

Pas de conformité totale avec OpenXML ISO/IEC 29500 avant Office 15 : un comble ?

Enfin, la sortie d'Office 2010 n'intervient pas sans une once de polémique. Depuis longtemps décrié pour les problèmes de comptabilité des documents entre les versions d'Office, et malgré ses déclarations en faveur de l'interopérabilité, Microsoft manque l'occasion d'en apporter la démonstration dans Office 2010.

Alex Brown, responsable du groupe de travail Office Open XML (OOXML) à l'ISO - le standard porté par Microsoft - s'est désolé sur son blog de la non prise en charge complète du format dans Office 2010. La suite ne sera en effet pas pleinement compatible avec la version « Strict » du standard (ISO/IEC 29500).

Microsoft s'était pourtant engagé en ce sens. Finalement, l'éditeur a expliqué que la conformité totale avec le standard OOXML (la norme "Strict" et non "Transitional") ne sera atteinte qu'avec la prochaine version d'Office. Office 2010 ne supporte donc pour l'heure les spécifications « Strict » qu'en lecture, mais pas en écriture.

Repost 0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 19:09

SharePoint - Documentum - Oracle UCM

ECM Softwares Demand Comparison In March

ECM Softwares Demand Comparison

Repost 0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 19:01

Demande International de Sharepoint

Sharepoint Demand In March

http://sheet.zoho.com


 

Sharepoint – Favourite Citieshttp://sheet.zoho.com


 

Sharepoint Salary Comparison

http://sheet.zoho.com


 

Sharepoint – Job Roles Comparision

http://sheet.zoho.com


 

Sharepoint – Experience based demand trend

http://sheet.zoho.com


 

Sharepoint – Skils based demand trend

Sharepoint - Skils based demand trend


 

Sharepoint – Other Skils based demand trend

Sharepoint - Other Skils based demand trend

Repost 0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 23:02

Ce quadrant magique représente un instantané du marché de l'ECM en un point donné dans le temps. Gartner conseille aux lecteurs de ne pas comparer le placement de fournisseurs dans les années antérieures, comme ce marché est en mutation - des acquisitions du vendeur, des partenariats, des solutions de développement et d'autres modèles de prestation sont la preuve de cela - et les critères de sélection et de classement des fournisseurs continuent d'évoluer.

Nos évaluations tiennent offre actuelle de produits des fournisseurs compte »et de stratégie globale, ainsi que leurs initiatives prévues et cartes routières de produits. Nous considérons aussi la façon dont les vendeurs sont le moteur des changements du marché et s'adapter aux besoins changeants du marché. Ce Magic Quadrant aidera les DSI et les responsables métier et informatiques qui développent des stratégies de gestion de contenus pour évaluer si les fournisseurs ont les bons produits et plates-formes d'entreprise pour les soutenir.

ECM technologie a beaucoup évolué ces dernières années, avec une plus large fonctionnalité suite, un meilleur contrôle des processus, la facilité d'utilisation améliorée et un accent plus fort sur les disques. En conséquence, nous conseillons vivement les organisations avec les technologies d'ECM qui sont plus de cinq ans, ou avec des produits multiples à travers les départements et zones géographiques, de réévaluer leur architecture contenu.

Utilisez ce «Magic Quadrant» de comprendre le marché d'ECM et comment les taux de Gartner fournisseurs et de leurs produits emballés. Inspirer de cette recherche pour évaluer les fournisseurs basée sur un ensemble personnalisé de critères objectifs. Gartner conseille les organisations contre les sélectionnant simplement les fournisseurs qui figurent dans le quadrant des leaders. Toutes les sélections doivent être acheteurs spécifiques, et les vendeurs de la Challengers, Niche Players ou quadrants des visionnaires mai être matches de meilleure qualité pour vos objectifs d'affaires et les exigences de solution.

Figure 1. Magic Quadrant for Enterprise Content Management

Figure 1.Magic Quadrant for Enterprise Content Management


Source: Gartner (Octobre 2009)
Aperçu du marché

Les organisations ont besoin d'ECM pour gérer la croissance augmente, le volume et la diversité du contenu non structuré, qui représente aujourd'hui jusqu'à 80% de l'information d'entreprise. Il existe une opportunité pour commencer à appliquer ce contenu certains de la rigueur actuellement consacrées à des données structurées en termes de valorisation, élimination des redondances, l'optimisation des architectures de disponibilité, d'enrichissement des métadonnées, et la maîtrise globale du cycle de vie.

Le marché ECM enregistré une croissance à deux chiffres allant de 2004 à 2007, mais son expansion s'est ralentie à un taux à un seul chiffre en 2008, principalement en raison de la détérioration des conditions économiques mondiales. Selon les statistiques de Gartner, à travers le monde ECM licence du logiciel et de maintenance est venu à 3,3 milliards de dollars en 2008.

Nous prévoyons que les recettes totales de logiciels sur le marché d'ECM va croître à un taux annuel composé de 9,5% jusqu'en 2013. Le retour du marché à plus forte croissance est attendue à partir de 2010, avec des taux grimpant à deux chiffres et dans le monde ECM chiffre d'affaires logiciels dépassant 5,1 milliards de dollars d'ici 2013. Ceci représente un marché sain, mais il est aussi celui qui est en pleine transformation.

Le marché d'ECM a traversé une période de consolidation majeure de 2003 à 2007. Le rythme des acquisitions s'est ensuite ralentie jusqu'en 2009, lorsque l'autonomie acheté Interwoven et Open Text a acquis Vignette. Nous sommes maintenant dans la phase finale de consolidation du marché en tant que vendeurs chercher à gagner des parts de marché et augmenter les stratégies plus larges en matière de gestion de l'information en élargissant composite fondations application de contenu ou la promotion de l'intégration avec SharePoint de Microsoft.

Moteurs du marché

En général, la conjoncture économique de 2008 à 2009 a forcé les entreprises à faire des choix difficiles en termes de dépenses en technologie. Cependant, le marché d'ECM est un peu à l'abri de la récession, pour trois raisons:

  • La taille même de l'augmentation du volume et la complexité du contenu est stimulant préoccupation et d'investissement.
  • Pression sur les prix auprès des fournisseurs open-source ou concurrentes "pile" ou les vendeurs de suite a poussé le prix par place dans les propositions jusqu'au niveau d'actualisation, qui a stimulé la hausse de la demande (même si l'augmentation des coûts de maintenance et des services ont en partie compenser cette réduction).
  • Souvent, une seule personne contrôle le budget pour l'ensemble des composants de la MEC d'une organisation et des solutions, si les achats restent le point commun. Ce sont souvent des projets indépendants dont les promoteurs d'entreprises ont une seule déclaration sur investissement (ROI) cible.

Des possibilités intéressantes existent pour les organisations de consolider ou rationaliser certains éléments qui se chevauchent et coûteux de contenu d'entreprise vastes architectures. L'ampleur et la maturité de certaines offres d'ECM signifie qu'il mai maintenant être possible de traiter ECM besoins fondamentaux en produits des fournisseurs moins nombreux. Fournisseurs régionaux, des spécialistes verticaux du marché, les fournisseurs de logiciels open-source, et les fournisseurs de SaaS mai trouver des débouchés dans les départements de l'entreprise, mais elle et les stratèges d'entreprise doit chercher à rationaliser une architecture de contenu qui protège contre les achats ponctuels tactiques qui isolent l'utilisateur des informations ou des populations .

La nécessité de gérer les risques associés avec les magasins de plus en plus de papier non managé et du contenu numérique nécessite de se concentrer sur l'évaluation du contenu et de gouvernance. Vendeurs dans différents logiciels et le service des marchés sont en soulignant les menaces contre les contenus non contrôlés en abordant différents messages aux différentes parties prenantes, afin de stimuler les dépenses de tactiques sur des produits pour la capture d'image, l'archivage, archivage d'e-mail, gestion des dossiers, la gestion des politiques, de stockage (matériel et logiciel), la fédération référentiel de contenu, recherche d'entreprise, e-discovery, e-formes, et la conformité réglementaire. La reconnaissance de ce qui a encouragé les entreprises à revoir leurs stratégies de gestion de cycle de vie du contenu, contrôle d'accès, la disponibilité et les coûts de manière plus significative.

Inhibiteurs du marché

Bien que le climat économique en difficulté est la stimulation des changements positifs dans certains scénarios, il soulève aussi de certains décideurs de plus en plus prudents. Gartner a remarqué un besoin accru de cas approfondies avec des entreprises solides et bien appuyé les arguments de ROI. Cela permettra d'éviter toute reprise significative des dépenses, mais pourrait contribuer à soutenir la croissance du marché de l'ECM dans les années à venir, les organisations à réaliser des bénéfices plus tangibles de plates-formes ECM, les cadres et les solutions, et les communiquer en interne.

Avec un nombre de fournisseurs de l'introduction ou l'expansion d'un portefeuille d'ECM, il est parfois difficile de distinguer une offrande qui peuvent soutenir la stratégie ECM d'une organisation au lieu d'offrir seulement la plus banalisée, les fonctions de base, ou qui se contente de soutenir un processus unique ou d'une population d'utilisateurs. Confusion au sujet de l'ampleur et la pertinence des logiciels disponibles ECM est d'aider les fournisseurs en place, des produits de base à prix alternatives et de solutions point avec prouvé ROI quasi-immédiat. Avec tant d'applications déjà en jeu dans la plupart des entreprises, la stratégie devrait être axée sur l'analyse du portefeuille, des projets et des priorités des parties prenantes, et une complexité réduite.

Grandes tendances dans le marché d'ECM

Parmi les tendances primordiale qu'elle architectes et les planificateurs et les dirigeants d'entreprises doivent examiner pour élaborer des stratégies de gestion de contenu et de déterminer leurs partenaires stratégiques sont les suivants.

ECM est maintenant partie de l'infrastructure TI et livrés par les fournisseurs d'infrastructure tels que HP, IBM, Oracle, Microsoft et SAP. Demandes de renseignements reçues par Gartner donnent à penser que les architectes d'entreprise et des TI planificateurs sont à la recherche de plus en plus de standardiser sur une ou plusieurs offres de plate-forme stratégique de ces vendeuses à soutenir les applications de contenus multiples.

L'intégration et la fédération des référentiels de contenu est désormais indispensable. Content Management Interoperability Services (CMIS), le protocole des services Web conjointement élaborés et proposés par EMC, IBM, Microsoft et autres, mai réussir là où d'autres ont échoué. Il est conçu pour fournir un fournisseur neutre de développement d'applications qui peuvent accéder au contenu stocké dans un référentiel CMIS conforme.

Canal des technologies Web que de proposer de meilleures expériences, les conversions et la fidélité client sont la principale préoccupation de nombreuses entreprises. L'influence du directeur marketing en orienter les dépenses de marketing sur des machines qui misent sur la gestion de contenu Web (WCM), gestion des actifs numériques (DAM), Web Analytics, portails, e-formes, les caractéristiques de composition de documents, les communautés sociales, le soutien des appareils mobiles et gestion des processus métier (BPM) est maintenant évidente. La capacité de livrer plus attrayante, dynamique, personnalisé et des médias riches en contenu à tout public sur n'importe quel appareil, et de mesurer avec plus de précision la valeur des liens qui unissent les gens, les processus et le contenu, a conduit à une rupture par rapport à la suite d'ECM: " WCM pour la commercialisation. "

Application spécificité, fondée sur l'évolution des centres d'achat. Moins de fournisseurs d'ECM se concentrera sur le regroupement des fonctions généralistes (comme l'imagerie, les services de bibliothèque et de collaboration de document), laissant ces fonctions à des fournisseurs d'infrastructures. La plupart des fournisseurs se concentrera plutôt sur la valeur ajoutée en regroupant des fonctions spécifiques comme "configurations de base" - des solutions verticales ou horizontales qui sont intégrés à l'industrie, les applications ERP ou CRM. Composite applications de contenu sont des éditeurs d'ECM comment offrira une valeur ajoutée aux acheteurs d'affaires. Globalement, ces solutions se répartissent en trois catégories, selon les technologies les plus souvent impliquées dans leur développement. Peu d'éditeurs ont un marché de premier plan sur l'accent, et des aptitudes dans tous les trois catégories. Les trois catégories sont les suivantes:

  • Transactionnelles des solutions de gestion de contenu l'accent sur l'imagerie, de workflow / BPM, d'archivage, gestion des documents et formulaires électroniques. Contenu figurant au sein de ces solutions a tendance à être statiques. Processus tend à être de longue date et ont un nombre élevé de formulaires ou documents que la demande d'évolutivité, de contrôle du cycle de vie et à l'approbation de l'homme (principalement sur les exceptions). Une interface de l'application est presque certaine.
  • La gestion collaborative des solutions de contenu concentrer sur le contrôle composé objet de contenu et de services de bibliothèque; collaboration sur des documents, l'automatisation de workflow avec des alertes, agendas et tâches de suivi, navigateur ou l'affichage du portail et de balisage, d'annotation et de contrôle de version. L'accent est mis sur les personnes à haut valeur étant impliqués dans le projet en fonction ou de longue durée le développement et la livraison de contenu de grande valeur et sur l'optimisation des processus, des interfaces et des objectifs qui les concernent.
  • Contextuelles des solutions de gestion de contenu l'accent sur des ensembles de Web canal de technologie, comme WCM, DAM, portails, e-formes, d'analyse Web, les logiciels sociaux, XML, Rich Media la gestion et support des périphériques mobiles, et sur l'optimisation de leur servir de Web-rendu des plates-formes d'engagement pour une variété de solutions axées sur l'industrie.

D'autres modèles de prestation. Plus d'entreprises et les gouvernements veulent de nouvelles méthodes d'obtention de la capacité d'ECM, y compris les logiciels SaaS et open-source. Ces nouvelles méthodes se développera en comparaison à la livraison classique, mais ne l'éclipse. Émergents "solutions en tant que service» ou d'applications hébergées contenu composites représentent le meilleur effet de levier sur la conversion de locaux à nuages de contenu en fonction pour les acheteurs d'affaires désireux de maintenir les coûts bas et tirer profit des combinaisons optimales de la technologie, l'emplacement et la logique processus. De nombreux vendeurs Suite prononcera SaaS comme une offrande par satellite.

L'influence des métadonnées est de plus en plus claire, que ce soit prélevée à partir de papier existants et des documents numériques ou ajoutés lorsque l'auteur, et si liée à une taxonomie officielle ou étiquetés de manière informelle par les utilisateurs. Comme des objets plus de contenu, allant de petits composants XML à une plus grande richesse des fichiers multimédias, doivent être mieux gérée, la notion de granularité - dans le contenu lui-même, dans les politiques et règles associées à un contenu «traitabilité», et en information des usagers ( veut / besoins, présence, la localisation) - est un facteur clés de planification pour les entreprises chercheront davantage de levier de l'information comme un actif. Les descripteurs plus un objet de contenu a, plus elle est susceptible d'offrir plus de valeur dans des contextes différents.

Convivialité accrue pour des publics cibles non technique. Il est désormais normal pour les interfaces utilisateur de la contribution de contenu, de la consommation et de collaboration pour être différentiateurs concurrentiels. Plus de capacités sont de plus en plus facile d'accès et d'utilisation, et ils comprennent un vaste éventail de fonctions modulaires qui peuvent être activés ou désactivés selon les besoins. Même si un idéal "client" contenu n'a pas encore dégagé, la convivialité et la fin-acceptation par les utilisateurs deviennent des critères essentiels de sélection.

L'influence continue du marché intermédiaire comme un centre d'achat - Particulièrement pour les applications composites contenus dans les soins de santé, le gouvernement, les services financiers, l'enseignement supérieur et l'automatisation des factures - est de générer des recettes supérieures à même certains des fournisseurs d'ECM plus grandes. Ceux qui se concentrent ici ont vu l'année une croissance significative dans l'année. Voici également une première occasion pour les fournisseurs de SaaS et open-source de gagner du terrain et la visibilité.

Hybrid Architecture de contenu Emerge

L'analyse de Gartner montre que les organisations de toutes tailles et dans toutes les régions envisagent de Microsoft Office SharePoint Server 2007 (MOSS 2007) en raison de l'étendue des capacités qu'elle offre, et parce que Microsoft est déjà l'un de leurs fournisseurs d'infrastructures stratégiques. Comme SharePoint s'installe dans une organisation, les utilisateurs commencent naturellement à explorer sa convenance pour une plus large gamme d'applications de gestion de contenu et de son potentiel pour remplacer les solutions existantes. Mais les organisations nécessitant des capacités avancées de gestion de contenu et le processus des applications centrées devront augmenter les capacités de SharePoint avec les offres des partenaires ou de déployer MOSS 2007 aux côtés d'un système ECM, plutôt que comme un remplacement.

Pour les organisations où la cohérence des informations plus large et cohérente de représentations sémantiques sont critiques, la stratégie deviendra un peu plus compliqué. Questions comme la recherche fédérée, les stratégies de métadonnées et l'interopérabilité entre les contenus et les systèmes de gestion des dossiers seront des considérations essentielles dans les déploiements de SharePoint. Bien que les fournisseurs d'ECM sont vantant leur capacité d'intégration avec SharePoint, il n'est souvent pas l'intégration autant que la copie des fichiers terminée. Lorsque l'intégration d'évaluer, essaient toujours d'avoir «une version de la vérité." Ayant un document dans SharePoint et une prétendue double dans un système ECM invite les problèmes d'intégrité des données - si les documents sont effectivement pas les mêmes, qui est la bonne? Beaucoup d'entreprises ont échoué à la gestion de contenu et peut-être mieux informés afin de déterminer quel pourcentage de contenu qui n'est pas de gérer et d'utiliser une ressource à cet effet. Une couche de "projet" de contenu au niveau des infrastructures, avec une attribution de cycle de vie que sur la création de contenu et un chemin de la promotion à la garde d'archives, en fait un régime hybride préliminaires susceptibles de contenu architecture.
Définition du marché / Description

ECM défini comme une stratégie peuvent aider les entreprises à prendre le contrôle de leur contenu et, ce faisant, stimuler la productivité, encourager la collaboration et faciliter l'information à partager.

ECM définie comme Software repose sur des applications qui interagissent, mais qui peuvent être vendus et utilisés séparément.

Gartner définit les suites d'ECM aujourd'hui comme englobant les six éléments fondamentaux suivants:

  • Gestion de documents de facturation rapides, contrôle de version, de sécurité et services de bibliothèque pour les documents commerciaux.
  • Document Imaging pour la capture, la transformation et la gestion d'images de documents papier.
  • La gestion des documents pour l'archivage à long terme, l'automatisation de la rétention et les politiques de conformité, et assurer la sécurité juridique, réglementaire et conformité de l'industrie.
  • Workflow de soutenir les processus d'affaires, l'acheminement de contenu, en assignant les tâches et les États, et la création de pistes de vérification.
  • WCM pour contrôler le contenu d'un site grâce à l'utilisation d'outils de gestion spécifiques fondés sur un référentiel de base. Il inclut des fonctions de création de contenu, tels que les gabarits, de workflow et de gestion du changement, et des fonctions de déploiement de contenu qui offrent préemballés ou contenus sur demande à des serveurs Web.
  • Document collaboration centrée pour le document de partage et de soutien d'équipes de projet.

Critères d'inclusion et d'exclusion

Pour apparaître dans ce Magic Quadrant, un fournisseur doit satisfaire aux critères de Gartner pour les recettes, de présence géographique, les capacités fonctionnelles et "referenceability. Plus précisément, un fournisseur doit:

  • Avoir au moins 10 millions de dollars au total des recettes de gestion de contenu logiciels (licences, mises à jour et maintenance). Un vendeur de logiciels open-source doit avoir au moins 10 millions de dollars en abonnements annuels des clients pour la maintenance et de soutien.
  • Activement à commercialiser ses produits dans au moins deux grandes régions - par exemple, Amérique du Nord et en Europe, au Moyen-Orient et Afrique (EMEA), ou en Asie / Pacifique et Amérique latine.
  • Avoir un logiciel ECM commercialement disponible, et active les références qui utilisent ses produits dans les scénarios de production.
  • Avoir une suite de gestion de contenu qui traite des éléments de base énumérés ci-dessous. Un vendeur doit avoir une suite intégrée avec au moins quatre de ces composants fournis en natif, d'autres mai être approvisionné par les partenaires.

Composants de base d'une suite d'ECM sont les suivants:

  • Gestion des documents. Parmi les fonctionnalités avancées telles que le soutien des documents composés et le score de la réplication de contenu plus fortement que ne le font les services de bibliothèque de base.
  • Document Imaging. Pour cet élément, nous avons besoin d'un fournisseur à offrir deux choses: (1) la capture de documents (numérisation du matériel et des logiciels, d'optique et des technologies intelligentes de reconnaissance de caractères et la forme, la technologie de traitement) ont effectué soit en utilisant les capacités indigènes ou grâce à un partenariat formel avec une tierce partie Fournisseur de solutions telles que Kofax, EMC (Captiva) ou Datacap, (2) la capacité de stocker des images de documents numérisés dans le garde comme «juste un autre type" contenu dans un dossier, et de les acheminer au moyen d'un procédé électronique.
  • Gestion des documents. L'exigence minimale est la capacité de faire appliquer la rétention de documents d'affaires critique d'après le calendrier de conservation des documents. Notes plus élevées sont donnés pour le respect certifiés conformes aux normes tels que le Department of Defense (DoD) La directive 5015.2-STD, The National Archives (TNA), le Victorian Electronic Records Strategy (VERS) et modèle de prescriptions concernant la gestion des documents électroniques (MoReq) .
    • Plusieurs fournisseurs d'ECM se qualifier pour une analyse indépendante de la fonctionnalité de gestion de dossiers.
  • Workflow. L'exigence minimale est simple examen des documents et de workflow d'approbation. Points au-dessus sont données à des vendeurs avec des constructeurs de processus graphiques et de routage de série et parallèle.
    • Plusieurs fournisseurs d'ECM se qualifier pour une analyse indépendante de leur automatisation des flux ou des fonctionnalités de BPM.
  • Web Content Management. L'exigence minimale est d'un partenariat formel avec un fournisseur de WCM. Capacités natives des résultats meilleurs que les partenariats.
    • Plusieurs fournisseurs d'ECM se qualifier pour une analyse indépendante de leur fonctionnalité WCM.
  • Document collaboration centrée. Le partage de documents, l'équipe de soutien du projet et le soutien aux ad hoc, les fils de discussion sur les documents. *

Leaders

Les dirigeants ont les plus hauts scores combinés pour la capacité d'exécuter et de complétude de la vision. Ils se portent bien et sont prêts pour l'avenir avec une vision clairement articulée. Dans le cadre de l'ECM, ils ont des partenaires de canal forte présence dans plusieurs régions, la performance financière cohérente, un soutien large plate-forme et le support client bien. En outre, elles dominent dans une ou plusieurs technologies ou des marchés verticaux. Leaders d'offrir une suite qui aborde tous les six composantes de base, si ce ne sont pas nécessairement leur appartenant, étroitement intégrés, uniques ou best-of-breed dans chaque domaine. Nous mettons davantage l'accent cette année sur les déploiements en entreprise démontrée; intégration avec les autres applications d'entreprise et des référentiels de contenu, intégration de Web 2.0 et les fonctionnalités XML et processus vertical / horizontal solutions mettent l'accent. Les dirigeants doivent mener la transformation du marché. Il ya cinq leaders dans le Magic Quadrant de cette année.
Challengers

Challengers offrent de bonnes fonctionnalités et ont un nombre considérable d'installations, mais ils n'ont pas la vision des dirigeants. Ils ne possèdent pas toutes les composantes d'ECM de base. Au lieu de cela, ils utilisent des partenariats afin d'arrondir leurs suites.

Hyland Software est le seul challenger dans ce quadrant magique.
Visionaries

Visionaries mai offrir toutes les capacités en natif ou qu'ils mai partenaire avec d'autres fournisseurs pour les composants de base de plusieurs ECM. Dans certains cas, des visionnaires devront intégrer leurs acquisitions dans leurs suites de produits. Ils montrent en général une bonne compréhension du marché et d'anticiper les pilotes itinérante. Ils mai diriger les efforts en matière de normes, de nouvelles technologies ou les modèles de prestation de remplacement, mais ils ont moins de capacité à exécuter que les leaders. Ils cherchent à accroître leur présence sur le marché.
Niche Players

Niche Players mettent généralement l'accent sur des catégories spécifiques de la technologie ECM (comme la gestion de contenus transactionnels), les acheteurs du marché intermédiaire, ou les suppléments aux offres des applications d'affaires ou la pile fournisseurs. Ils mai également être fournisseurs d'infrastructure de base fournissant des fonctionnalités de gestion de contenu (comme SAP, par exemple). Cette catégorie comprend mai fournisseurs qui sont ramping encore leurs efforts ECM globale et qui n'ont ni la vision ni de l'exécution de sortir du quadrant acteurs de niche. Certains lecteurs de créneaux sont les «boutiques» qui ne servent qu'à certaines régions, les industries ou domaines fonctionnels, pas le marché plus large.

Microsoft

MOSS 2007 a été très réussi à obtenir des sièges et de "partager l'esprit" pour Microsoft, ainsi que pour bon nombre de ses partenaires - et même ses concurrents. La prochaine version, prévue pour le premier semestre de 2010. SharePoint est principalement une gestion de documents et plate-forme collaborative de gestion de contenu, mais son influence sur le marché mondial de l'ECM ne peut pas être surestimée.

Points forts

  • Parce que MOSS 2007 va bien au-delà de la gestion de contenu de base en recherche du portail et des technologies de collaboration, il a attiré de nombreux adeptes depuis sa sortie il ya presque trois ans. Peu de demandes de renseignements au sujet ECM Gartner ne parviennent pas à toucher à SharePoint, en partie en raison des succès "de Microsoft ensemencement" stratégie de la bibliothèque y compris les services de base dans Windows SharePoint Services (WSS), qui sont «libres» et facile à utiliser.
  • Merci à la position de Microsoft comme une "pile" vendeur, MOSS 2007 a attiré un écosystème très grand, avec beaucoup de vendeurs de logiciels tiers renforcement des extensions et des intégrateurs de système de production des grandes entreprises dans les déploiements et les personnalisations.
  • SharePoint a causé de nombreuses entreprises de se concentrer sur une stratégie d'ECM. Cette influence a également été ressentie par les autres fournisseurs sur le marché, dont la position ou l'autre de leurs produits comme des compléments logiques dans une architecture de contenu hybride basé sur SharePoint, ou à modifier leurs produits vers des solutions de messagerie du marché verticaux qui offrent une valeur en raison de leur spécificité à des domaines où Microsoft ne participe pas.

Précautions

  • MOSS 2007 est la gestion des dossiers et les limitations d'archivage, modestes capacités de WCM, BPM et limitée / de renforcement des capacités d'imagerie composite applications de contenu.
  • Les commentaires des clients concernant les déploiements, les grandes décentralisée de MOSS 2007 indique un besoin d'améliorations en termes d'évolutivité, de gestion du déploiement, la latence et la fonctionnalité de réplication.
  • Bien que la flexibilité SharePoint est un avantage, il crée également des défis que les entreprises s'efforcent de construire l'expérience technique et d'architectures de l'information. Microsoft a publié des lignes directrices et a fourni des ressources disponibles pour résoudre ce problème, mais la largeur de MOSS 2007 ses capacités propres et les attentes parfois gonflés de sponsors peut conduire au déploiement et à la gouvernance.

Source : Gartner (article traduit par Google)

Repost 0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 14:47

Les nouvelles solutions OnDemand de Q-Software complètent Windows Identity Foundation et reposent sur Windows Azure


Q-Software présente ses premières solutions de gestion des environnements Windows en mode SaaS (Software as a Service). Conçues pour apporter de la valeur ajoutée aux technologies Microsoft, les solutions Quest OnDemand seront hébergées sur Windows Azure, la toute nouvelle plateforme cloud computing de Microsoft. Les deux premières solutions SaaS de Quest complètent les outils Windows Identity Foundation (WIF) et Active Directory Federation Services (AFDS) 2.0 de Microsoft, pour aider les services informatiques à gérer les identités et sécuriser les accès au système d'information.

Actuellement disponibles en version bêta, Quest Recovery Manager OnDemand for Active Directory et Quest InTrust OnDemand, les deux premières solutions de la gamme Quest OnDemand, devraient être commercialisées au premier trimestre 2010.

Version SaaS de Quest Recovery Manager for Active Directory, solution de restauration au niveau de l'objet et de sauvegarde du service d'annuaire Active Directory de Microsoft, Quest Recovery Manager OnDemand for Active Directory est conçue pour programmer et gérer les sauvegardes sans intervention manuelle. Elle permet de restaurer rapidement et de manière granulaire les données de l'Active Directory.

Quest InTrust onDemand, version SaaS de Quest InTrust, facilite la collecte, le stockage sécurisé et l'analyse des journaux d'événements des environnements Windows. Ses rapports d'audit et ses alertes générées en ca s d'incident permettent aux entreprises de se conformer aux meilleures pratiques en matière de sécurité et de politiques internes, ainsi qu'aux législations en vigueur.

Ces deux solutions seront disponibles sur simple souscription au service, accessibles à distance, incluant la maintenance, sans aucun déploiement sur site.
Hébergées sur la plateforme cloud computing Windows Azure, elles complètent Windows Identity Foundation, gamme d'outils pour gérer les identités et l'authentification des utilisateurs, ainsi que la sécurisation des accès aux applications qui sont à la fois dans le « nuage » et sur les serveurs de l'entreprise. Elles reposent en outre sur Active Directory Federation Services 2.0 qui réalise le lien entre l'Active Directory et les solutions Quest OnDemand.

Quest Software prévoit également le la ncement de Quest Site Administrator Reports OnDemand for SharePoint, solution de découverte automatique, d'inventaire et d'analyse d'utilisation des déploiements Microsoft SharePoint à l'échelle de l'entreprise, spécifiquement adaptée à la plateforme Windows Azure. Cet outil sera disponible gratuitement.

Repost 0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 14:38
Q- éditeur de solutions pour la gestion des systèmes d’information, dévoile les nouveautés de ses solutions pour migrer de Lotus Notes vers Microsoft Exchange, SharePoint, Office Communications Server et la suite Business Productivity Online Suite (BPOS). Avec plus de 20 millions d’utilisateurs migrés au cours des dix dernières années, l’offre de Quest vient d’être recommandée par Microsoft dans le cadre de son programme Enterprise Notes Migration (ENM) pour sa capacité à industrialiser les migrations à la fois sur site et dans le Cloud.

Parmi les nouveautés, Quest annonce la disponibilité d’une nouvelle version de Quest Notes Migrator for Exchange, sa solution pour simplifier le processus de migration de Notes vers Exchange, tout en réduisant les risques et les coûts associés. Notes Migrator supporte dorénavant les migrations vers d’Exchange 2010. Pour mémoire, cette solution fait partie d’une gamme complète de produits pour préparer la migration vers Exchange, SharePoint, Office Communications Server et la suite Business Productivity Online Suite (BPOS), gérer la coexistence et réécrire les applications.

« Le climat économique actuel a entraîné une augmentation du nombre de migrations de Lotus vers les plateformes Microsoft, les entreprises cherchant à réduire les coûts d’exploitation et/ou à rationaliser leur système d’information, notam ment à la suite de fusions-acquisitions. », déclare Bill Evans, vice président de la division SharePoint et Notes Transition chez Quest Software. « Nos solutions, combinées aux prestations de services réalisées par nos partenaires certifiés, permettent aux entreprises d’être accompagnées de bout en bout lors de leur migrations, depuis l’inventaire de l’existant jusqu’à la migration, en passant par la gestion de la coexistence, pour un coût tout à fait abordable. », poursuit-il.

En parallèle, Quest Software annonce ses premières migrations vers Microsoft Exchange Online et SharePoint Online, aussi bien aux États-Unis qu’en Europe. Par exemple, la Croix Rouge suédoise a récemment migré plus de 700 utilisateurs Notes vers Exchange Online en un seul week-end. Ses outils ont également ét&ea cute; choisis pour les premières migrations de Notes vers SharePoint Online, reposant sur l’infrastructure cloud de Microsoft, un cloud dédié, distinct physiquement et optimisé, pour garantir la sécurité des échanges et la confidentialité des données des entreprises.
L’ensemble de ces nouveautés seront présentées lors des Microsoft TechDays qui se tiendront à Paris du 8 au 10 février 2010 (Palais des Congrès, Porte Maillot, Stand I 11).

Disponibilité

Quest Notes Migrator for Exchange 4.2, qui supporte désormais les migrations vers Exchange 2010, est disponible dès maintenant. Quest Notes Migrator for SharePoint, avec la possibilité de migrer vers SharePoint 2010, sera disponible en bêta ce mois-ci.
Repost 0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 00:49
Les améliorations apportées par Microsoft à SharePoint 2010, la nouvelle version de sa plateforme collaborative (attendue pour juin), pourraient bien être surdimensionnées pour les utilisateurs ayant des besoins ponctuels et spécifiques, selon une récente analyse de Forrester Research. Globalement, cette étude attribue des notes élevées aux fonctions dont bénéficie désormais le serveur -qui est rapidement devenu l'une des meilleures ventes de l'éditeur. Mais le cabinet estime que seuls les utilisateurs de SharePoint 2007 en attente d'avancées sur les outils de réseaux sociaux devraient envisager de passer à la version 2010.

Pour Rob Koplowitz, l'analyste de Forrester auteur du rapport, SharePoint 2010 devrait être plutôt considéré comme un choix stratégique important pour les clients qui n'ont pas encore adopté la plate-forme. Selon lui, ces utilisateurs devraient toutefois considérer l'ensemble des fonctionnalités du logiciel et s'assurer qu'il n'est pas surdimensionné par rapport à leurs besoins. Ajoutant que « SharePoint 2010 peut être un marteau, mais qu'il n'y a pas que des clous à enfoncer. »

Le rapport conclut que SharePoint 2010 n'est peut-être pas adapté aux utilisateurs ayant des besoins basiques, indiquant que ceux-ci pourraient être mieux remplis par des outils comme ceux proposés par Socialtext ou Jive. En outre, les conditions de licence proposées devraient calmer ceux qui cherchent à construire des communautés sociales entre les entreprises, ou encore ceux qui ont besoin d'outils de gestion de contenus Web performants et capables de gérer d'importants flux de contenus. Les entreprises ayant des exigences avancées en matière de 'nettoyage' et de transformation de données risquent au contraire de ne pas trouver SharePoint 2010 à leur mesure.

Une plateforme ouverte aux développeurs

Microsoft a fait évoluer SharePoint au-delà de son rôle de serveur d'application pour le transformer en plateforme à part entière, capable de gérer des applications qui vont de l'intranet jusqu'au cloud, et qui s'ouvre aux développements externes. L'éditeur a poussé les capacités de SharePoint pour le transformer en serveur Web, y intégrer des outils de développement (Visual Studio) et de conception d'interfaces (SharePoint Designer). S'y ajoute encore un ensemble de fonctionnalités pour réseaux sociaux, un environnement plus sécurisé et un ensemble d'API pour faciliter l'intégration à un cloud, positionnant ainsi SharePoint comme une des technologies les plus avancées sur le marché.

Pour Rob Koplowitz, « SharePoint 2010 répare les lacunes et les problèmes détectés dans les versions antérieures. » L'analyste souligne également que les outils destinés à constituer des réseaux sociaux sont aujourd'hui « de première classe », bien adaptés aux usages des consommateurs, et que les fonctionnalités de profilage sont bien meilleures, notamment dans le support des blogs, des wikis, des tags et des fils d'information (feeds). Le rapport détaille enfin d'autres améliorations importantes, comme l'arrivée d'un client offline, SharePoint Workspace, basé sur la technologie Groove acquise par Microsoft en 2005, de nouvelles fonctionnalités destinées aux développeurs, l'intégration avec la gamme d'applications business et des améliorations dans la recherche et la gestion documentaire.
Repost 0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 00:39

Les déploiements de SharePoint Server 2007 se multiplient en entreprise pour des applications de gestion de contenus, selon une récente enquête de Forrester qui prédit une utilisation massive de la plateforme.

L'adoption d'Office SharePoint Server 2007, la solution de portail et de collaboration de Microsoft, semble être en passe de changer le paysage de la gestion de documents, si l'on en croit une enquête tout juste publiée de Forrester. Une popularité qui gagne en dépit des limites rencontrées sur la gestion des gros volumes de données et, même si, sur certains processus spécifiques, le produit n'est encore pas assez mature. On ne le choisira pas pour gérer les contrats, par exemple, juge Kyle McNabb, analyste chez Forrester et auteur de l'enquête.

Selon le cabinet d'études, la croissance enregistrée par Microsoft sur Office SharePoint Server (MOSS) 2007 serait l'une des plus rapides qu'aurait connu l'éditeur sur un de ses produits. Cette offre, qui paraît avoir autant d'usages qu'un couteau suisse, est adoptée de façon accélérée pour gérer les contenus d'entreprise.

MOSS comporte six champs d'application principaux. La plateforme, utilisée à la fois comme portail, moteur de recherche et solution de collaboration, est aussi mise à profit pour accéder aux outils décisionnels et gérer les contenus et documents. Associée aux progiciels de gestion Microsoft Dynamics, elle permet aussi de dérouler des processus métiers.
A noter que depuis le mois dernier, les fonctions de collaboration de SharePoint sont proposées en ligne, aux Etats-Unis, dans une version bêta, dans le cadre d'Online Services. .


Dans la moitié des cas, SharePoint remplace un système installé

L'enquête de Forrester montre que 24% des 259 responsables informatiques interrogés migrent actuellement vers MOSS 2007 ou le mettent en place, alors que 41% prévoient de le faire dans les six prochains mois et 12% avant un an.

Parmi ceux qui installent l'offre, 22% ont un projet de gestion documentaire, 17% veulent soutenir la collaboration entre les utilisateurs, 16% visent l'application décisionnelle, 15% misent sur l'amélioration des performances métiers, 9% souhaitent favoriser les échanges avec l'extérieur (partenaires, fournisseurs, clients...) et 9% comptent déployer une communication unifiée.

Dans un peu plus de la moitié des projets de gestion documentaire, MOSS 2007 vient remplacer un système déjà installé, alors que dans 32% des cas, il s'agit d'une première utilisation de cette catégorie de fonctions. En complément, 16% de ces projets prévoient d'installer MOSS en complément d'un autre système de gestion de contenus.
L'enquête de Forrester montre aussi qu'une majorité d'utilisateurs (60%) prévoit un déploiement par étapes, par départements ou encore par projets spécifiques, au cas par cas. 40% prévoit un déploiement à l'échelle de l'entreprise dans une période ramassée.

« SharePoint va être utilisé et de façon massive, affirme Kyle McNabb. Mais pour chaque application, il y a une brèche dans laquelle peuvent s'engouffrer d'autres acteurs ». Pour lui, ceux-ci pourraient ainsi prendre charge les archives et pallier les limitations de la plateforme Microsoft sur la gestion des gros volumes.

Repost 0

Articles Récents

Liens