Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 16:38

LISTE  DES  100  MEILLEURES  UNIVERSITES  AFRICAINES

 

 

( En  cliquant,  sur  le  nom  de  chaque  université,  vous  accéderez  à  une  image  architecturale  de  l'université,  ET,  à  un  certain  nombre  de  renseignements  de  cette  université. )

 

 

 

 

Universities 1 to 100 of 100
         
         
1 UNIVERSITY OF CAPE TOWN Flag of za 349  

2 RHODES UNIVERSITY Flag of za 624  

3 STELLENBOSCH UNIVERSITY Flag of za 653  

4 UNIVERSITY OF PRETORIA Flag of za 686  

5 UNIVERSITY OF THE WITWATERSRAND Flag of za 703  

6 UNIVERSITY OF THE WESTERN CAPE Flag of za 1,115  

7 UNIVERSITY OF SOUTH AFRICA Flag of za 1,307  

8 UNIVERSITY OF KWAZULU NATAL Flag of za 1,309  

9 AMERICAN UNIVERSITY IN CAIRO Flag of eg 1,691  

10 UNIVERSITE DE LA REUNION Flag of re 1,705  

11 NELSON MANDELA METROPOLITAN UNIVERSITY Flag of za 2,137  

12 UNIVERSITY OF THE FREE STATE Flag of za 2,383  

13 CAIRO UNIVERSITY Flag of eg 2,492  

14 UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR Flag of sn 3,038  

15 UNIVERSITY OF ZIMBABWE Flag of zw 3,453  

16 UNIVERSITE ABDELMALEK ESSADI Flag of ma 3,664  

17 INSTITUT UNIVERSITAIRE DE FORMATION DES MAITRES DE LA REUNION Flag of re 3,681  

18 UNIVERSITY OF MAURITIUS Flag of mu 3,723  

19 UNIVERSITY OF JOHANNESBURG Flag of za 3,895  

20 UNIVERSITE CADI AYYAD Flag of ma 3,962  

21 STRATHMORE UNIVERSITY NAIROBI Flag of ke 3,989  

22 UNIVERSITY OF DAR ES SALAAM Flag of tz 4,081  

23 UNIVERSITY OF NAMIBIA Flag of na 4,084  

24 POLYTECHNIC OF NAMIBIA Flag of na 4,163  

25 UNIVERSITY OF NAIROBI Flag of ke 4,205  

26 UNIVERSIDADE EDUARDO MONDLANE Flag of mz 4,266  

27 ARAB ACADEMY FOR SCIENCE & TECHNOLOGY AND MARITIME TRANSPORT Flag of eg 4,302  

28 AIN SHAMS UNIVERSITY Flag of eg 4,407  

29 ECOLE MOHAMMADIA D’INGENIEURS Flag of ma 4,774  

30 AL AKHAWAYN UNIVERSITY IFRANE Flag of ma 4,790  

31 MANSOURA UNIVERSITY Flag of eg 4,822  

32 ADDIS ABABA UNIVERSITY Flag of et 4,850  

33 EGERTON UNIVERSITY Flag of ke 4,962  

34 INSTITUT AGRONOMIQUE ET VETERINAIRE HASSAN II Flag of ma 5,149  

35 NORTH WEST UNIVERSITY Flag of za 5,195  

36 UNIVERSITE ABOU BEKR BELKAID TLEMCEN Flag of dz 5,331  

37 UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU Flag of bf 5,422  

38 GERMAN UNIVERSITY IN CAIRO Flag of eg 5,719  

39 TSHWANE UNIVERSITY OF TECHNOLOGY Flag of za 5,739  

40 UNIVERSITY OF BOTSWANA Flag of bw 5,772  

41 ZAGAZIG UNIVERSITY Flag of eg 5,786  

42 UNIVERSITY OF BENIN Flag of ng 5,994  

43 UNIVERSITE DE BATNA Flag of dz 6,011  

44 NATIONAL UNIVERSITY OF RWANDA Flag of rw 6,053  

45 CAPE PENINSULA UNIVERSITY OF TECHNOLOGY Flag of za 6,262  

46 UNIVERSITY OF KHARTOUM Flag of sd 6,398  

47 MAKERERE UNIVERSITY Flag of ug 6,413  

48 MOGADISHU UNIVERSITY Flag of so 6,445  

49 UNIVERSITY OF FORT HARE Flag of za 6,478  

50 ECOLE SUPERIEURE PRIVEE D’INGENIERIE ET DE TECHNOLOGIES Flag of tn 6,492  

51 FACULTE DES SCIENCES RABAT Flag of ma 6,496  

52 UNIVERSITY OF GHANA Flag of gh 6,576  

53 UNIVERSITY OF ZULULAND Flag of za 6,594  

54 ASSIUT UNIVERSITY Flag of eg 6,653  

55 UNIVERSITE MOHAMMED PREMIER OUJDA Flag of ma 6,737  

56 ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’INFORMATIQUE ET D’ANALYSE DES SYSTEMES ENSIAS Flag of ma 6,790  

57 UNIVERSITY OF ZAMBIA Flag of zm 7,016  

58 AWOLOWO UNIVERSITY Flag of ng 7,017  

59 FACULTE DE MEDECINE & PHARMACIE Flag of ma 7,180  

60 UNIVERSITE VIRTUELLE DE TUNIS Flag of tn 7,347  

61 UNIVERSITE D’ALGER Flag of dz 7,377  

62 ECOLE DU PATRIMOINE AFRICAIN Flag of bj 7,391  

63 AMOUD UNIVERSITY Flag of so 7,432  

64 SOKOINE UNIVERSITY OF AGRICULTURE Flag of tz 7,481  

65 UNIVERSITE SIDI MOHAMED BEN ABDELLAH FES Flag of ma 7,506  

66 AFRICAN VIRTUAL UNIVERSITY Flag of ke 7,532  

67 SUDAN UNIVERSITY OF SCIENCE & TECHNOLOGY Flag of sd 7,624  

68 MANGOSUTHU TECHNIKON Flag of za 7,629  

69 UNIVERSITY OF MALAWI Flag of mw 7,630  

70 UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE HOUARI BOUMEDIENE Flag of dz 7,724  

71 UNIVERSITE M’HAMED BOUGARA DE BOUMERDES Flag of dz 7,820  

72 FACULTE DES SCIENCES TETOUAN Flag of ma 7,825  

73 INSTITUT SUPERIEUR DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION Flag of ma 7,877  

74 GARYOUNIS UNIVERSITY Flag of ly 7,884  

75 MOI UNIVERSITY Flag of ke 7,911  

76 UNIVERSITE DE BLIDA Flag of dz 7,962  

77 UNIVERSITE SENGHOR D’ALEXANDRIE Flag of eg 8,032  

78 KWAME NKRUMAH UNIVERSITY OF SCIENCE & TECHNOLOGY Flag of gh 8,039  

79 UNIVERSITY OF BURAO Flag of so 8,108  

80 ECOLE NATIONALE POLYTECHNIQUE D’ALGER Flag of dz 8,114  

81 UNIVERSITE MOHAMMED V SOUISSI Flag of ma 8,131  

82 AL AZHAR AL-SHARIF ISLAMIC RESEARCH ACADEMY Flag of eg 8,135  

83 PAN-AFRICAN UNIVERSITY Flag of ng 8,160  

84 MONASH UNIVERSITY SOUTH AFRICA Flag of za 8,228  

85 INSTITUT DE FORMATION EN TECHNOLOGIE ALIMENTAIRE Flag of ma 8,229  

86 UNIVERSITE HASSAN II AIN-CHOCK Flag of ma 8,276  

87 AMERICAN UNIVERSITY OF KINSHASA Flag of cd 8,286  

88 VAAL UNIVERSITY OF TECHNOLOGY Flag of za 8,309  

89 UNIVERSITE CHOUAIB DOUKKALI Flag of ma 8,320  

90 UNIVERSITE DE NOUAKCHOTT Flag of mr 8,409  

91 CENTRAL UNIVERSITY OF TECHNOLOGY Flag of za 8,445  

92 UNIVERSITY OF TANTA Flag of eg 8,480  

93 UNIVERSITE DJILLALI LIABES Flag of dz 8,511  

94 COLLEGE OF MEDICINE UNIVERSITY OF MALAWI Flag of mw 8,535  

95 UNIVERSIDADE CATOLICA DE ANGOLA Flag of ao 8,548  

96 CENTRE AFRICAIN D’ETUDES SUPERIEURES EN GESTION SENEGAL Flag of sn 8,598  

97 MINUFIYA UNIVERSITY Flag of eg 8,599  

98 INSTITUT NATIONAL DE FORMATION EN INFORMATIQUE Flag of dz 8,634  

99 UNIVERSITE ABDELHAMID IBN BADIS MOSTAGANEM Flag of dz 8,657  

100 UNIVERSITY OF IBADAN Flag of ng 8,661  

Universities 1 to 100 of 100
Repost 0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 16:23
  • «Sur le top 100» du classement des institutions universitaires en Afrique, 26 institutions maghrébines sont présentes avec une dominance marocaine 13/26, algérienne 11/26 et 2 institutions seulement pour la Tunisie. Les universités sud-africaines et égyptiennes occupent le haut du pavé africain.
  • Pour nous Tunisiens, le constat est amère, nous qui, pendant longtemps, avons été fiers de nos choix en matière d’éducation, et qui, pendant des décennies, fanfaronnions toisant nos voisins de haut dès qu’on abordait des thématiques se rapportant à la qualité de notre enseignement au sein des universités, des établissements secondaires et des écoles primaires. Nous avons été l’un des premiers jeunes pays fraîchement indépendants à avoir consacré le tiers de son budget à l’éducation. Ce choix avait, à l’époque, laissé perplexes plus d’un et pantois des pays qui nous avaient pourtant précédés sur la voix de l’autonomie et de l’indépendance.

    On croyait dur comme fer que la seule arme d’un pays aux ressources naturelles modestes était le savoir. La preuve, les diplômes tunisiens étaient reconnus à l’international et les compétences tunisiennes se vendaient à prix d’or. Ne nous leurrons pas, les compétences tunisiennes ne sont plus ce qu’elles étaient et celles que nous voyons aujourd’hui rayonner dans le monde font souvent partie des générations des cinquantenaires et dans le meilleur des cas des quadragénaires. Celles qui ont échappé aux différentes réformes de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, celles qui maîtrisaient parfaitement l’arabe et le français et qui sont le produit d’universitaires formés à l’international et nourris de l’expertise, de la qualité de formation et du savoir-faire des universités européennes. Ces universitaires ont instruit des générations de compétences de haut niveau qu’on nous enviait et nos universités étaient sollicitées par nombre d’étudiants en provenance de pays arabes et africains.

    Qu’en est-il aujourd’hui ?

    Nous n’existons pas dans le classement de Shangaï 2009 des 500 meilleures universités dans le monde, en fait, sommes nous seulement classés ? la seule université arabe qui figure dans ce classement est l’université du Roi Saoud en Arabie Saoudite de même que l’université de Téhéran.

    L’Inde compte deux universités dans ce classement, une au top 400 en plus d’une deuxième au top 500.

    Mais faire partie des 500 meilleures universités dans le monde est peut être trop prétentieux de notre part…qu’en est t-il de l’Afrique ? Dans le classement du top 100 des universités africaines, seuls deux établissements supérieurs figurent, la nouvelle université virtuelle et l’Ecole supérieure privée d’ingénierie et de technologie occupant respectivement les 60ème et 50ème positions.

    Les universités arabes ? L’Egypte tout d’abord, dont l’Université américaine occupe la 9ème place et l’Université du Caire la 13ème. C’est ensuite au tour du Maroc dont l’université «Abdelmalek Assaadi» figure en 16ème position, de nouveau l’Egypte avec en 27ème position «l’Arab Academy For Science and Technologie and Maritime Transport» et Ain Shams University, 28ème en plus de Mansoura University, classée 31ème.

    L’école marocaine Mohammadia d’ingénieurs est 29ème et Al Akhawayn Ifrane toujours marocaine 30ème. L’Algérie se place respectivement en 36ème et 43ème position grâce aux universités Abou Bekr Belkaid de Tlemcen et l’Université de Batna.

    Il est peut-être temps pour nous Tunisiens de re-réfléchir ou repenser nos politiques en matière d’enseignement et d’arrêter de jouer aux autruches. La qualité de l’enseignement dans notre pays n’est plus ce qu’elle était. Et ce ne sont pas les bataillons des diplômés du supérieur demandeurs d’emplois qui prouvent que nos politiques sont pertinentes. Diplômés dont beaucoup ont intégré la phase du chômage longue durée… On l’a compris, il ne s’agit pas de quantité mais plutôt de qualité. Il ne s’agit pas de consacrer des sommes colossales à la recherche sans en récolter les fruits ou peu.

    Selon une étude de la Banque mondiale publiée en 2008, les diplômés des filières courtes supposées posséder une plus forte employabilité sont en fait les plus exposés au chômage. Les sortants des Instituts supérieurs d'études technologiques (ISET) sont légèrement avantagés par rapport aux techniciens supérieurs issus des autres institutions d’enseignement supérieur.

    68% du chômage touche les maîtrisards des spécialités juridiques (gestion, finances, droit). Le groupe des spécialités liées à l'agriculture et à l’agroalimentaire se distingue avec des taux de chômage nettement plus élevés (plus de 70% pour les techniciens supérieurs et plus de 31% pour les ingénieurs dans les filières techniques).

    Mieux aligner l’offre de compétences avec les besoins de l’économie est l’une des principales recommandations de l'étude. Globalement, les résultats de l’enquête montrent l’existence de déséquilibres importants entre l’offre et la demande de compétences en Tunisie. Le diplôme et la spécialité restent les principaux facteurs qui expliquent les perspectives d’insertion professionnelle.

    L’étude recommande l’ajustement des flux d’étudiants qui suivent les différents diplômés/spécialités et l’alignement de l’offre de compétences avec les besoins de l’économie. Et lorsque nous parlons d’une plus grande valorisation de la culture entrepreneuriale au sein des universités, d’une plus grande adaptation des cursus universitaires aux besoins du marché du travail et même d’une refonte de toutes les catégories de l’enseignement dans notre pays dans le but d’améliorer son efficience par, entre autres -et ce n’est pas peu-, l’amélioration du niveau de certains formateurs et d’enseignants, c’est parce que nous réalisons que la réalité est devenue complètement coupée du discours.

    Nous entendons à longueur de journée des discours se rapportant à la complémentarité entre l’enseignement et l’entrepreneuriat au sein des universités, aux Masters co-construits qui, du reste, sont applicables dans quelques rares institutions universitaires dont l’Institut de biotechnologie de Sidi Thabet.

    Mais quelle est la dimension pratique de toutes les mesures prises ? Et quand est-ce que nous verrons leurs résultats sur le terrain. Nos entrepreneurs parlent de «diplômés sous-qualifiés», nos administrations insistent sur les efforts fournis en vue d’adapter l’université à la réalité économique…«J’estime qu’il existe deux problèmes fondamentaux, explique un professeur universitaire à la Faculté des Sciences de Tunis : d’une part, un tissu industriel et entrepreneurial arriéré, les entreprises ne respectent pas leurs engagements s’agissant des stages et même des Master-co-construits, et des enseignants qui ne font aucun effort pour améliorer la qualité de leurs prestations, arrivés au seuil du professorat, l’effort devient parfaitement absent, ils ne veulent ni s’améliorer ni se diversifier, ni se former, ils veulent tout juste se la couler douce… ».

    - Le classement Shanghai a été lancé en 2003 par le président de l’Université Jiao Tong pour savoir quelles sont les meilleures universités dans le monde auxquelles il pourrait envoyer ses étudiants.

    - Document : http://africdossier.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=2036961  ou http://infopagecongo.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=2036959

Repost 0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 15:52

  • - Nombre d’universités publiques : 13

    - Nombre d’établissements universitaires publics : 192

    - Nombre d’établissements universitaires privés : 32

    - Nombre d’étudiants dans les établissements privés : 4.000

    - Nombre d’étudiants :370.000 (36,2% de la tranche d’âge 19-24 ans)

    - Taux de filles : 59,9%

    - Nombre d’étudiants de 3ème cycle : 33.800

    - Nombre de diplômés en juin 2008 : 60.613

    - Taux national de réussite juin 2008 : 71.3%

    - Nombre de diplômés en TIC : 9.568

    - Nombre d’ingénieurs des universités publiques TN juin 2008: 3.793

    - Nombre d’enseignants : 19.500

    - Nombre de chercheurs Equivalent Plein Temps : 15.833

    - Nombre de pépinières d’entreprises : 31 réparties dans 20 gouvernorats

    - Nombre de laboratoires de recherche :146

    - Nombre d’unités de recherche : 638

    - Nombre de centres de recherche : 32

    - Nombre de conventions de codiplôme : 31

    - Nombre de conventions de cotutelle de thèses : 1867

Repost 0
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 23:01
Enquête auprès des chercheurs, des responsables de structures de recherche et des entreprises économiques dans le cadre de mise en place de l’APRICE

Le gouvernement Tunisien a décidé de créer une Agence de Promotion de la Recherche, de l’Innovation et de la Création d’Entreprises innovantes (APRICE).Cette Agence sera une structure relais entre le système national de recherche et le tissu économique et favorisera la structuration du système national d’innovation. La définition exacte de ses missions, de ses fonctions ainsi que son organisation fait l’objet d’une étude avec l’appui du Programme de Modernisation Industrielle, programme financé par l’Union Européenne.
Les attentes et les suggestions des différents intervenants dans le tissu économique et le système national de recherche seront prises en compte dans la mise en place de cette agence ; pour les collecter nous vous prions de répondre le plus rapidement possible au document d’enquête qui vous concerne (chercheur, responsable de structure de recherche ou responsable d’entreprise économique).
Les responsables de structures de recherche sont priés de répondre eux-mêmes au document d’enquête et de diffuser le document approprié auprès des chercheurs de leurs structures.

  •  Enquête laboratoires et unités de recherche(doc-Pdf)
  •  Enquête chercheur (doc-Pdf)

http://www.rsit.rnu.tn/
Repost 0
22 juillet 2006 6 22 /07 /juillet /2006 12:29

On apprend dans une dépêche du Ministère des Technologies de la communication un accord de partenariat entre la Tunisie et Microsoft a été conclu.
Plus précisément, cet accord a eu lieu lors des travaux du forum des responsables de gouvernement africains, organisé par Microsoft à Cap Town (Afrique du Sud), (10 et 11 juillet 2006), et cela en présence de Bill Gates, de l'ambassadeur de Tunisie en Afrique du Sud et de Khadija Ghariani, secrétaire d'Etat chargée de l'informatique, de l'Internet et des logiciels libres.
De même source "en vertu de cet accord, un soutien sera apporté aux secteurs public et privé afin de développer la compétitivité des entreprises actives dans le domaine, l'objectif étant de renforcer la complémentarité entre les deux secteurs et d'améliorer la compétitivité des entreprises nationales".
Rappelons que depuis 6 ans Microsoft Tunisie, à l’époque sous la direction de Fayçal Bouchlaghem, négociait avec le gouvernement tunisien.
Contacté sur le sujet, Salwa Smaoui, directeur général de Microsoft Tunisie, nous précise qu’un accord, sur cinq ans, visant à soutenir le développement de la technologie de l’information de partenariat a été signé entre notre pays et Microsoft. Ce partenariat débute sur deux grands axes. Le programme phare "Innovation Center" est un laboratoire de recherche, de développement et d’innovation où peuvent être testées les dernières technologies de Microsoft. Le but de ce centre est de participer à la création des technologies adaptées au tissu économique de la société locale.
Dans un autre volet, l’accord stipule l’accompagnement de l’industrie de l’information de bout en bout jusqu’à l’exportation. Microsoft Tunisie s’engage à apporter notamment un support technologique, commercial et marketing aux entreprises tunisiennes du secteur du logiciel.
Par ailleurs, Nasser Kettani, directeur général de Microsoft Afrique du Nord, rajoute que l’enjeux porte plus que sur un simple accord sur le prix global des produits de Microsoft mais plutôt sur l’esprit du partenariat et la relation de confiance établi entre le gouvernement tunisien et Microsoft.

Repost 0
9 mai 2005 1 09 /05 /mai /2005 00:00

 décisive de la recherche scientifique et de l’innovation technologique 7 Mai 2005

• Les centres de recherche hissés au rang d’établissements à caractère scientifique et technologique en vue d’une plus grande souplesse dans la gestion

• Augmentation des subventions allouées aux laboratoires et création d’un système de gestion par objectifs

• Institution d’un statut particulier des ingénieurs chercheurs et des chercheurs à plein temps

• Création d’un observatoire national des sciences et des technologies pour assurer la veille et le suivi

• Elaboration d’une stratégie pour attirer les compétences tunisiennes à l’étranger et généraliser la culture scientifique chez les jeunes

Le Président Zine El Abidine Ben Ali a présidé, hier matin, un Conseil ministériel consacré à l’examen du dossier de la recherche scientifique et de l’innovation technologique.

Le Conseil a passé en revue les acquis et réalisations accomplis dans ce secteur, ainsi que ses perspectives d’avenir, à la lumière des orientations et objectifs fixés dans le programme électoral, à l’effet de le promouvoir davantage et de valoriser ses résultats dans des applications liées au développement, et de l’adapter aux mutations internationales.

Dans ce contexte, le Conseil a décidé une série de mesures dont notamment :

– Actualisation de la loi d’orientation sur la recherche scientifique.

– Révision du statut administratif des centres de recherche pour les élever au rang d’établissements à caractère scientifique et technologique, dans le but de conférer davantage de souplesse à la gestion des crédits consacrés à la recherche scientifique.

– Augmentation des subventions allouées aux laboratoires et institution d’un système de gestion par objectifs.

– Etendre aux unités de recherche le système d’évaluation en vigueur actuellement dans les laboratoires.

– Assurer l’intégration des technologues dans les unités et les laboratoires de recherche, à l’effet de promouvoir la recherche scientifique industrielle.

– Institution d’un statut particulier des ingénieurs chercheurs et d’un statut particulier des chercheurs à plein temps.

– Inclure les brevets déposés parmi les critères de promotion des chercheurs et des universitaires.

– Création d’agences régionales pour la promotion de la recherche, de l’innovation et de la création d’entreprises en vue de renforcer le partenariat entre le secteur de la recherche et les entreprises industrielles.

– Création d’un observatoire national des sciences et des technologies en tant que mécanisme de veille pour assurer le suivi des progrès et des innovations technologiques dans le monde.

Dans le souci de mettre à contribution toutes les compétences et de réunir les conditions propices à l’encouragement de la recherche et de l’innovation, le Président de la République a ordonné l’élaboration d’une stratégie pour attirer les compétences tunisiennes à l’étranger, généraliser la culture scientifique chez les jeunes générations, notamment dans les programmes qui leur sont destinés, et s’intégrer davantage dans les réseaux mondiaux de l’intelligence.

Repost 0
2 mai 2005 1 02 /05 /mai /2005 00:00

1st International E-Business Conference

Cercle d’Etudes et de  Réflexion Prospective sur l’Entreprise C.E.R.P.E

Dans le cadre des préparatifs du deuxième sommet mondial sur la société de l’information, la 1ère Conférence

Internationale sur l’E-Business sera organisée du 23 au 25 juin 2005 à Hammamet par :

- Le réseau Euro-méditerranéen MEDFORIST,

- L’Istitut Supérieur de Gestion de Tunis (ISGT),

- L’Association Tunisienne des Sciences du Management (TMSS),

- Le Cercle d’Etudes et de Réflexion Prospective Pour l’Entreprise (CERPE),

- Le laboratoire de modélisation statistique et de prévision des systèmes économiques (BESTMOD),

L’objectif de cette conférence est la présentation des dernières technologies, concepts et pratiques de l’EBusiness

et l’exploration de ses perspectives. Les défits auquels le secteur est confronté tant du point de vue

technologique et applicatif que celui lié aux aspects sociaux et juridiques seront aussi au centre des débats.

Des chercheurs et des professionnels de plusieurs pays viendront participer aux conférences, ateliers, tables

rondes et tutoriaux organisés dans le cadre de la rencontre pour enrichir les débats sur des sujets divers tels que

le commerce électronique, les services en ligne, l’enseignement à distance, l’e-marketing etc.

Les thèmes abordés par cette conférences :

Participe à cette conférence :

- Les chercheurs dans les domaines des réseaux, des systèmes informatiques, la gestion, le traitement des

données...

- Les professionnels intéressés par le sujet de la conférence

- Les institutions et les organisations intéressées par l’E-Business

- Les étudiants en informatique, en économie, en marketing ou tout autre filière ayant une relation avec

l’économie virtuelle

- Le public intéressé.

E-Business :

Développement de l’E-Business

L’organisation future, les technologies et les applications de l’E-Business

Analyse des données et les systèmes de décision

Intranet et extranets de l’E-Business

Difficultés de l’E-Business

Communication et technologies réseaux

Commerce électronique :

Cas pratiques de commerce électronique

Le commerce électronique orienté client

Les solutions logicielles du commerce électronique

Les stratégies et l’implantation du commerce électronique

Les modèles d’affaires du commerce électronique

Le commerce électronique mobile

Les aspets sociales du commerce électronique

Les systèmes d’aide à la décision dans le commerce électronique

Les systèmes d’information orientés web

La confiance, le respect de vie privée et la sécurité dans le commerce

électronique

Le rôle des agents intelligents dans l’interaction homme-machine et le

commerce électronique

La réalité virtuelle dans le commerce électronique

Les applications des systèmes experts, de la logique floue, des réseaux

neuronaux et de la programmation évolutive dans le commerce électronique

La modélisation du client dans le commerce électronique

Le commerce électronique mobile

Les tendances passées, actuelles et futures de l’économie virtuelle

Les systèmes d’aide à la décision dans l’économie électronique

Les conséquences du commerce électronique dans la finance, l’économie et

l’évolution des marché

Le commerce électronique dans les pays méditerranéen

Services en ligne :

Les technologies des agents intelligents et l’analyse des données dans les

services en ligne

La qualité dans les services en ligne

Les techniques d’audit des services en ligne

L’enseignement à distance :

L’apprentissage collaboratif

La conception et le développement du contenu

L’environnement d’enseignement virtuel

Les communautés virtuelles

E-marketing :

Les solutions ASP de markting et les occasions de dévelppement

Les magasins virtuels

Le conseil et la publication en ligne

L’achat en ligne

Repost 0
22 avril 2005 5 22 /04 /avril /2005 00:00

Sciences de l'Informatique et Technologies de Communication

 

Les Instituts Publics de Recherche   

 

Centre d'Etudes et des Recherches des Télécommunications (CERT)

Adresse : 42, Rue Asdrubal - 1002 Tunis

Tél. : 71 790 877

cert@cert.mincom.tn

 

 

Les Laboratoires de Recherche   

Informatique, parallélisme et productique
Faculté des Sciences de Tunis - 1060 Tunis
Tél. : 71 882 099 

 

Réseau Image Système Architecture et Multimédia
Ecole Nationale des Sciences de l'Informatique - 2010 Manouba
Tél. : 71 600 444  

 

Systèmes de Communication
Ecole Nationale d'Ingénieurs de Tunis - B.P 37 - 1002 Tunis
Tél. : 71 874 700 

 

Electronique des Technologies de l'information
Ecole Nationale d'Ingénieurs de Sfax
Route de Soukra, Km 3 - 3038 Sfax
Tél. : 74 274 088  

 

Informatique Arabisé et Documentique Intégrée et Génies Documentiel et Logiciel
Ecole Nationale des Sciences de l'Informatique - 2010 Manouba
Tél. : 71 600 775 

 

Electronique et micro-électronique
Faculté des Sciences de Monastir - 5016 Monastir
Tél. : 73 500 275  

 

Les Unités de Recherche   

Programmation algorithmique et heuristique

Faculté des Sciences de Tunis

Campus Universitaire - 1060 Tunis

Téls : 71 872 600 / 71 872 020

 

Technologie de l'information et de la Communication

Ecole Supérieure des Sciences et Techniques de Tunis

5, Avenue Taha Hsin - 1008 Tunis

Tél. : 71 496 066

 

Informatique (LARIS)

Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Sfax

Route de l'aéroport, Km 3,5 - 1018 Sfax

Tél. : 74 278 777 

 

Traitement Informatique du Lexique

Faculté des Lettres de Manouba - 2010 Manouba

Téls : 71 600 700 / 600 813

 

Informatique et Multimédia (LARIM)

Institut Supérieur d'Informatique et du Multimédia de Sfax

Route El Meharza km1.5 - BP n° 1030 - 3018 Sfax

Téls : 74 452 632 / 74 242 870

 

Réseau de télécommunication et de sécurisation

Ecole Supérieur des communications de Tunis

Route de Raoued km 3.5 - Ariana - 2080

Téls : 71 856 311 / 71 857 499

 

Imagerie satellitaire et ses applications

Ecole Supérieure de Communication de Tunis

Route de Raoued km 3.5 - Ariana - 2080

Téls : 71 856 311 / 71 857 499

 

 

 

Stratégie d'optimisation de l'ingénierie des informations et de la connaissance

Institut Supérieur de Gestion de Tunis

41, Rue de la Liberté - Bouchoucha - 2000 Bardo

Téls : 71 560 378 / 71 564 729

 

Pole de Recherche en Informatique du Centre (PRINCE)

Institut Supérieur d'Informatique et des Techniques de Communication de Hammam Sousse

Route principale n°1 - 4011 Hammam Sousse

Tél.: 73 364 410

 

Les machines Intelligentes (REGIM)

Ecole Nationale d'Ingénieurs de Sfax

Route de Soukra, Km 3 - 3038 Sfax

Tél. : 74 274 088

 

Repost 0
19 avril 2005 2 19 /04 /avril /2005 00:00

Société du Savoir Alors qu’il ne tarit pas d’éloges sur les pas franchis par la Tunisie dans son ambition de se configurer en Société du Savoir, M. Bruno Lanvin, Conseiller de la Banque mondiale pour les questions de e-stratégies, estime que nous devrions porter une attention toute particulière à 3 éléments qui risquent de ralentir notre élan.C’est à la faveur du Symposium des Anciens de l’ENA, qui a ouvert ses travaux ce vendredi sous le Haut patronage du Chef de l’Etat à Hammamet, que M. Lanvin a présenté ses réflexions sur les leçons à tirer de l’expérience internationale en matière de e-stratégies et de e-gouvernement. Selon lui, notre pays est digne de respect en ce qu’il a décidé de s’engager sur le chemin des technologies de l’information et de la communication, rappelant que la mondialisation n’a pu progresser malgré les crises financières qui ont frappé diverses régions du monde à partir de 1997 que parce que la technologie en est devenue le moteur. La tendance se poursuit avec la hausse permanente du pourcentage de la population disposant d’un accès en ligne, du nombre de nœuds Internet par habitant et du nombre de serveurs sécurisés par habitant.

Le résultat, c’est qu’il n’est plus question de choix. Simplement, on est «in» ou on est «out». Et, quand on prend le parti d’être «in» comme la Tunisie, il faut se remettre constamment en question pour maintenir l’élan d’avancer. Prenant pour modèle la Knowledge Assesment Methodology de la Banque mondiale, M. Lanvin souligne qu’il existe 14 référentiels d’évaluation dans ce domaine de la Société du Savoir : taux de croissance, développement humain, enseignement, cadre réglementaire, nombre d’ordinateurs, lignes téléphoniques, internautes …

Parmi ces référentiels, la Tunisie devrait poser un regard nouveau sur 3 d’entre eux :

  • le nombre de brevets par million d’habitants
  • les barrières tarifaires et non tarifaires
  • l’innovation technologique.

Trois fragilités dont l’identification constitue déjà la moitié du chemin. La seconde moitié constitue une autre paire de manches. Car, si les obstacles commerciaux sont en train d’être levés progressivement par les pouvoirs publics conformément à nos engagements internationaux, les deux autres facteurs sont directement tributaires du brio de nos chercheurs et de nos universitaires. Alors, à vos laboratoires messieurs-dames ! Réseau « fédère » de la recherche 1-04-2005 Le Ministère de la Recherche Scientifique, de la Technologie et du Développement des Compétences se propose d'acquérir des équipements informatiques pour le Centre de Calcul de le Technopole de Borj-Cedria et des stations de calcul scientifique pour le réseau de la recherche scientifique AON n° 03/2005. Les équipements en question se composent de plusieurs lots, dont :- Un super calculateur et une unité de stockage- 5 stations de calcul monoprocesseur- 4 stations de calcul bi-processeurLa date limite de remise des offres est fixée au 14 avril 2005, sachant qu'il s'agit d'une relance d'un projet de 2004. Il faut noter que le Ministère RSTDC réalise un réseau ambitieux et ce , en connectant l'ensemble des structures de recherches, laboratoires et technopoles en un réseau fédéré. En outre le MRSTDC a réalisé plusieurs schémas directeurs en informatique, afin d'exprimer les besoins et de fixer un cadre de développement des systèmes d'informations des unités de recherches et laboratoires. Il faut noter que les TIC occupent une place de choix dans ce Ministère et que la stratégie adoptée, se met rapidement en place, malgré les freins administratifs, dues à la procédure qui oblige de fractionner et de diviser les besoins.

Repost 0
Published by webmanagercenter - dans Recherche Appliquée en Tunisie
commenter cet article
19 avril 2005 2 19 /04 /avril /2005 00:00
Le ministère de la Recherche scientifique, de la Technologie et du Développement des compétences a organisé hier un colloque sur le thème de «La coopération entre la Tunisie et l'Union européenne en matière de recherche scientifique et de développement technologique».Présidant l'ouverture, M. Sadok Korbi, ministre de la Recherche scientifique, de la Technologie et du Développement des compétences, a mis l'accent sur l'intérêt accordé à la promotion de la recherche-développement au sein des grands établissements publics. Les pôles technologiques et les pépinières d'entreprises, a-t-il affirmé, constituent des lieux d'accueil adéquats au développement et à l'exploitation des résultats de la recherche. Il a, par ailleurs, mis l'accent sur l'importance de la coopération internationale dans le domaine de la science et de la recherche, soulignant que la Tunisie ne cesse d'oeuvrer en faveur de l'édification d'un espace euroméditerranéen de la recherche, fondé sur une dynamique de partage de la connaissance et de l'enrichissement mutuel.La Presse - Les activités de recherche et de développement technologique représentent le nerf de la guerre des pays industrialisés, servant de véritable catalyseur de l'économie, en permettant aux entreprises d'être innovantes et d'accroître ainsi leur compétitivité sur le marché. Sachant que la conduite d'une politique européenne de la recherche sert, en effet, de base à la dynamisation de l'activité au sein des entreprises, qui, grâce au travail des équipes de recherche dans les différents domaines, ont la possibilité de procéder au lancement régulier de nouveaux produits sur le marché.Mais, aujourd'hui, il s'agit pour la communauté européenne d'élargir le réseau de recherche aux pays du Sud méditerranéen, en favorisant l'échange et le transfert de savoir-faire entre les deux rives, afin de créer un large tissu d'entreprises capables de maîtriser les mutations technologiques. A l'instar de la Syrie, de la Jordanie et de la Turquie, la Tunisie figure parmi les partenaires qui peuvent bénéficier des programmes de recherche et de développement technologique mis en place par l'UE pour servir de cadre au financement des activités et des projets de recherche, qui doivent être menés dans des domaines à forte valeur ajoutée.Pour un partenariat fructueuxLa Tunisie a, ainsi, ratifié en mars 2004 l'accord spécifique en matière de recherche et de développement qui permet aux chercheurs tunisiens de participer dans les mêmes conditions que les chercheurs européens à tous les appels d'offres s'inscrivant dans le cadre des programmes communautaire de recherche et de développement. «Ils peuvent également négocier des contrats de financement de projets de recherche, a ajouté M. Ridha Mokni, responsable de la coopération internationale au ministère de la Recherche scientifique et du Développement des compétences. S'agissant actuellement du sixième programme-cadre, plusieurs projets de recherche tunisiens ont été présentés dans les domaines de la santé, des nouvelles technologies de l'information et de la communication... Le lancement de ces programmes vise, en effet, l'instauration d'un espace euro-méditerranéen d'échanges dans le domaine de la recherche».Toutefois, pour que les chercheurs tunisiens puissent participer à ce type de programme communautaire, certains critères doivent obligatoirement être respectés, à savoir proposer des projets transnationaux qui impliquent des chercheurs provenant d'autres pays partenaires et développer la recherche dans des domaines à forte valeur ajoutée. Ainsi, un projet «Euromedanet», financé par l'Union européenne, a été lancé pour créer des points d'information dans les pays partenaires de la rive sud de la Méditerrannée. La fonction de ces derniers : assister les chercheurs au cours des différentes étapes de la recherche, les aider à identifier les thématiques prioritaires autour desquelles doivent s'articuler leurs activités, identifier les partenaires avec lesquels ils peuvent travailler en équipe et les aider à élaborer et à rédiger leur projet. «Nous assurons la formation des experts chargés d'animer ces points d'information, a observé Mme Eleona Tsoka, coordinatrice du projet Euromedanet. Il s'agit d'assurer une participation fructueuse des pays partenaires de la rive sud aux programmes communautaires».
Repost 0

Articles Récents

Liens